/sports/hockey/canadien
Navigation

Une nouvelle ère pour l’équipe-école

Le Rocket de Laval apportera une nouvelle dynamique avec le grand club

Camp Rocket de Laval
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Que ce soit sur ou à l’extérieur de la patinoire, ce sera une saison de renouveau à plusieurs niveaux pour l’équipe-école du Canadien.

Tout d’abord, l’équipe a déménagé ses pénates à Laval et elle portera le nom de Rocket en hommage à Maurice Richard. Elle disputera ses parties à la Place Bell, soit à quelques stations de métro de ses grands frères du Tricolore. Un changement majeur pour les entraîneurs et les hockeyeurs.

« À pareille date, l’an dernier, on arrivait à Cornerbrook (à Terre-Neuve) pour notre camp d’entraînement, a souligné l’entraîneur-chef Sylvain Lefebvre. C’était de l’ouvrage. Cette année, tout ce qu’on a à faire, c’est de s’installer dans nos nouveaux locaux. »

« La dynamique est vraiment différente. On n’a pas à voyager et on peut se retourner de bord plus rapidement. Lorsqu’on était à Cornerbrook, c’était presque impossible pour les joueurs de se faire rappeler. De notre côté, on a bénéficié d’une ou deux journées de plus pour travailler sur ce qu’on veut implanter comme système, des demandes qu’on veut faire aux joueurs et de faire des évaluations. »

Une dynamique différente

En plus d’un nouvel environnement, Lefebvre devra composer avec une philosophie d’organisation revampée. En février dernier, après l’arrivée en poste de Claude Julien, l’équipe-école avait conservé la stratégie qui avait été mise en place au début de la campagne par Michel Therrien.

Durant l’été, Julien a eu l’occasion de rencontrer tous ses collaborateurs, incluant Lefebvre, afin d’établir un plan d’attaque pour la saison 2017-2018.

« Ce n’est pas tous les entraîneurs qui ont la même philosophie, a précisé Lefebvre en évitant de faire des comparaisons entre Julien et Therrien. Le système de Claude est un peu différent de celui de Michel, mais il n’y a pas de changements majeurs.

« La dynamique est toutefois différente. On s’entend bien et j’ai appris de nouvelles choses pendant le camp. Michel avait de l’expérience et celle de Claude est différente avec sa conquête de la coupe Stanley et ses présences sur la scène internationale. »

Guider les espoirs

Pendant le camp d’entraînement, le rendement de certains espoirs a grandement déçu les observateurs. Ce qui signifie que Lefebvre aura du pain sur la planche cette saison avec le Rocket. À Laval, il aura la mission de faire grandir les Nikita Scherbak, Michael McCarron et Noah Juulsen, notamment.

« On doit les guider et on leur donne des structures dans lesquelles ils ont plus de chances de réussir, a mentionné l’ancien défenseur de la LNH. Ils doivent devenir autonomes et prendre de la maturité.

« Par contre, chaque individu est différent. J’en ai 24 qui proviennent de différents milieux et des cultures qui le sont tout autant. Diriger des joueurs n’est plus comme avant. C’est encore un concept d’équipe avec plusieurs aspects individuels. Il faut peser sur les bons boutons, mais ils ne sont pas tous au même endroit chez chaque individu. »

Attaquants

Waked
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Waked

 

Boucher
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Boucher

 

Grégoire
Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier
Grégoire

 

McCarron
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
McCarron

 

Deslauriers
Photo AFP
Deslauriers

 

Veilleux
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Veilleux

 

Audette
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Audette

 

Terry
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin
Terry

 

Reway
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Reway

 

Broll
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Broll

 

Baun
Photo AFP
Baun

 

Scherbak
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Scherbak

 

Petti
PhotoPierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal
Petti

 

Carr
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Carr

 

Défenseurs

Parisi
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Parisi

 

Gélinas
PhotoPierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal
Gélinas

 

Bourque
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Bourque

 

Jerabek
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Jerabek

 

Lernout
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Lernout

 

Camp Rocket de Laval
Photo Agence QMI, Mark Konezny

 

 

Gardiens

Lindgren
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Lindgren

 

Fucale
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier / JdeM
Fucale

 

McNiven
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
McNiven

 


Fiche de la filiale du Canadien dans la Ligue américaine au cours des cinq dernières années

 
2012-2013 |  Bulldogs de Hamilton
76 PJ : Fiche de 29 victoires, 41 défaites, six revers en prolongation, taux de ,421 : exclus des séries
 
2013-2014 |  Bulldogs de Hamilton
76 PJ : Fiche de 33 victoires, 35 défaites, huit revers en prolongation, taux de ,487 : exclus des séries
 
2014-2015 Bulldogs de Hamilton
76 PJ : Fiche de 34 victoires, 29 défaites, 13 revers en prolongation, taux de ,533 : exclus des séries
 
2015-2016 |  IceCaps de St. John’s
76 PJ : Fiche de 32 victoires, 33 défaites, 11 revers en prolongation, taux de ,493 : exclus des séries
 
2016-2017 |  IceCaps de St. John’s
76 PJ : Fiche de 36 victoires, 30 défaites, 10 revers en prolongation, taux de ,539 : éliminés au premier tour (Syracuse)
Sur le même sujet