/news/health
Navigation

Une grippe pourrait lui coûter jusqu’à 50 000 $

Un tatoueur n’avait pas renouvelé son assurance voyage avant d’aller en France

Sébastien Grenon
Photo courtoisie Sébastien Grenon a organisé une convention de tatouage au Saguenay en 2015 avec les autres tatoueurs du Studio Sacre-Bleu.

Coup d'oeil sur cet article

Un tatoueur montréalais de 29 ans, atteint d’une grippe lors d’un séjour d’affaires en France, pourrait recevoir une facture de 50 000 $ parce qu’il n’avait pas renouvelé sa police d’assurance voyage.

Sébastien Grenon est originaire de Saguenay et il est tatoueur depuis quatre ans. Il a fait une dizaine de voyages depuis 2013 pour se perfectionner et, chaque fois, il avait pris une assurance, selon sa conjointe des 10 dernières années, Cindy Laplante.

Il y a une semaine, le couple s’est envolé vers la France pour un congrès qui se tenait la fin de semaine dernière à Nantes.

En pleine forme

Sébastien Grenon était en pleine forme lorsqu’il s’est envolé mercredi dernier et avait hâte de retrouver ses amis tatoueurs français qu’il avait connus en novembre 2016 lors d’un autre événement.

Toutefois, quelques jours après leur arrivée, Sébastien Grenon a vu son état de santé se détériorer rapidement.

Il a contracté une grippe qui, combinée à son asthme qui a toujours été considéré comme mineur, a entraîné de graves problèmes respiratoires.

Dans la nuit de lundi à mardi, sa situation est devenue critique. Il a été admis au Centre hospitalier universitaire Hôtel-Dieu de Nantes.

En fin d’après-midi, mardi, l’homme de 29 ans avait de la difficulté à respirer par lui-même.

Coma

Les médecins ont décidé de le plonger dans un coma artificiel pour qu’il puisse respirer à l’aide d’une machine.

« Sébastien a été placé sous oxygénation, puis les médecins l’ont finalement intubé puisqu’il n’arrivait pas à respirer normalement. Une simple grippe qui vire en cauchemar », a expliqué Cindy Laplante.

En plus de se demander si son conjoint se réveillera un jour de son coma artificiel, la facture des soins prodigués risque d’être salée, a avoué la femme de 27 ans.

Sébastien Grenon et sa conjointe, Cindy Laplante
Photo courtoisie
Sébastien Grenon et sa conjointe, Cindy Laplante

Le Québécois n’avait pas renouvelé sa police d’assurance voyage qui venait à échéance en juin dernier. Celle-ci coûtait 200 $ par année.

« C’est un grand garçon, il me disait être “correct” et qu’il ne partait qu’une semaine. Mais là, ça va nous coûter probablement près de 50 000 $ pour les soins et les frais de transport médical pour revenir au Québec. C’est la première fois qu’on voyage sans assurance. C’est fâchant. Sébastien pensait qu’il était invincible, et ça nous rattrape aujourd’hui. L’important c’est qu’il aille mieux », a-t-elle avoué.

Sociofinancement

Toutefois, Cindy Laplante n’aura pas à payer la totalité de la facture, puisque la famille de son conjoint a lancé une campagne de sociofinancement sur le site GoFundMe. Elle a réussi à amasser plus de 15 000 $ en moins de 48 heures.

« Ma priorité c’est de le voir se rétablir, le reste est accessoire pour moi. On s’arrangera avec les factures plus tard », a dit Mme Laplante.

 

Pas un cas unique, selon la RAMQ

Chaque année, de nombreux Québécois prennent le risque de voyager sans assurance et doivent payer des sommes importantes en soins de santé, selon la Régie de l’assurance maladie du Québec.

« Tous les ans, on a des appels de gens qui se retrouvent dans de fâcheuses positions en voyage dans d’autres provinces ou d’autres pays qui ont les mêmes questions relatives au fait qu’ils n’ont pas d’assurance privée », a expliqué la porte-parole de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), Caroline Dupont.

100 $ par jour

Selon la politique de couverture hors Québec adoptée par la RAMQ, tous les détenteurs de la carte soleil sont admissibles à un remboursement des frais médicaux jusqu’à un plafond de 100 $ par jour lorsqu’ils sont hospitalisés dans un autre pays.

Toutefois, ça ne couvre qu’une petite portion des coûts facturés à l’étranger. Par exemple, le couple Cindy Laplante et Sébastien Grenon voit la facture des soins médicaux grimper de 4500 $ canadiens par jour, en France.

De plus, les frais pour rapatrier le tatoueur au Québec en transport adapté avec un médecin et des infirmiers seront substantiels. Ce type de dépenses est habituellement déboursé par l’assureur privé.

« Une chance que les gens autour de nous ont contribué à notre campagne [de sociofinancement], mais ça laisse un goût amer de savoir que tu peux payer 50 000 $ », a renchéri Mme Laplante, qui est nutritionniste de profession.

Bien s’informer

Bien que plusieurs individus voyagent chaque année sans assurance voyage, les risques encourus peuvent mener jusqu’à la faillite personnelle en cas de facture trop salée pour un individu.

L’Association canadienne des compagnies d’assurances pour personnes (ACCAP) estime qu’il est prévoyant de contracter une assurance voyage quand on quitte le pays.

« C’est important de bien se renseigner, ça peut éviter des situations comme celle-là [le cas de Sébastien Grenon]. Il est important de bien lire le contrat d’assurance également pour ne pas avoir de mauvaises surprises », a relaté la porte-parole de l’ACCAP, Suzie Pellerin.