/lifestyle/books
Navigation

La tanche

<i>La tanche</i><br>
Inge Schilperoord, aux Éditions Belfond, 224 pages
Photo courtoisie La tanche
Inge Schilperoord, aux Éditions Belfond, 224 pages

Coup d'oeil sur cet article

Un roman-choc qui a fait un tabac en Hollande, son antihéros nous obligeant à regarder de près les très noirs dessous de la pédophilie.

Après avoir passé quelques semaines derrière les barreaux, Jonathan vient tout juste d’être libéré par manque de preuves, le témoignage de la petite fille qu’il a probablement traumatisée à vie présentant certaines incohérences. Aussi court soit-il, ce séjour en prison a quand même eu du bon : le psychologue des lieux ayant estimé que les risques de récidive étaient assez élevés, Jonathan a pu y entamer un programme de soins susceptible de l’aider à refouler ses pulsions déviantes et depuis, son vœu le plus cher est de devenir « un homme meilleur ». Dès qu’il retrouvera le petit bourg de pêcheurs où il a toujours vécu, il se promet d’ailleurs d’orga­niser à la minute près chacune de ses journées en y incluant deux périodes d’exercices thérapeutiques.

Partageant avec sa mère asthmatique une maison insalubre située dans un quartier désert sur le point d’être entièrement rasé, Jonathan occupera ainsi l’essentiel de son temps à promener leur vieux chien presque impotent, à travailler à l’usine de traitement de poissons, à préparer les repas, à pêcher et à prendre soin de la tanche blessée qui baigne dans l’aquarium de sa chambre. Une routine parfaitement orchestrée qui sera, hélas ! très vite perturbée par la présence d’une gamine de 10 ans, dont la mère, serveuse dans l’un des cafés in du port, n’est pratiquement jamais là. Car pour se désennuyer, la jeune Elke ne demandera pas mieux que de faire ami ami avec Jonathan...

Un roman particulièrement dérangeant qui a raflé plusieurs prix aux Pays-Bas. Parce qu’en plus de parler ouvertement de pédophilie, il parvient à nous sensibiliser à la détresse d’un homme prêt à tout pour surmonter ses démons.

FRISSONS GARANTIS

<i>Origine</i><br>
Dan Brown, aux Éditions JC Lattès, 576 pages
Photo courtoisie
Origine
Dan Brown, aux Éditions JC Lattès, 576 pages

Avec ce 5e tome des aventures du professeur Robert Langdon, Dan Brown régalera surtout ceux qui ont adoré son célébrissime Da Vinci code, car il met au menu les mêmes ingrédients : meurtres, religion, art, codes à décrypter et courses-poursuites. Le point de départ ? Edmond Kirsch, un brillant scientifique et futurologue dont les prédictions se sont jusqu’à présent toujours accomplies, s’apprête à révéler au monde entier sa grande découverte sur l’origine de l’humanité ce qui, prévient-il, aura des « répercussions dramatiques pour tous les croyants de la terre ». Mais au cours de la réception organisée à cet effet au musée Guggenheim de Bilbao, il sera abattu juste avant d’avoir pu en livrer les grandes lignes.

Faisant partie des invités scrupuleusement triés sur le volet, Robert Langdon décidera donc de venger la mort de ce vieil ami en identifiant son meurtrier et en tentant de mettre la main sur les sulfureux résultats de recherche à l’origine de sa mort. Et pour y arriver, il devra entre autres échapper à de mystérieux tueurs et trouver le mot de passe de 47 caractères donnant accès à l’ordinateur ultrasophistiqué d’Edmond.

Si on a aimé ? Oui et non. Oui parce qu’on y apprend vraiment plein de choses, et non parce que ce thriller­­­ aurait facilement pu compter 200 pages de moins, la mise en place étant notamment particulièrement longue...

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Ils vont tuer Robert Kennedy

Marc Dugain, aux Éditions Gallimard, 400 pages
Photo courtoisie
Marc Dugain, aux Éditions Gallimard, 400 pages

Ayant adoré La chambre des officiers, La malédiction d’Edgar et Avenue des géants, on a dévoré avec presque autant de plaisir ce 11e roman de Marc Dugain, dont le nouveau héros est un prof d’histoire de Vancouver obsédé par Bob Kennedy. Persuadé que la mort de ses propres parents est directement liée à son assassinat, il nous entraîne en effet dans un passionnant récit combinant allègrement Histoire et petite histoire.


Les vies de papier

Rabih Alameddine, aux Éditions 10/18, 360 pages
Photo courtoisie
Rabih Alameddine, aux Éditions 10/18, 360 pages

 

Aaliya a toujours consacré sa vie aux livres : en plus d’avoir travaillé dans une petite librairie pendant près de 50 ans, elle a pris l’habitude de traduire en arabe classique les romans de ses auteurs préférés (dont Sebald, Calvino, Borges, Kafka, Gogol et Tolstoï), la littérature ayant le pouvoir de rendre l’existence plus douce même en temps de guerre. Une belle histoire qui a remporté l’an dernier le prix Femina étranger.


La vie intégrale

Éric Dupont, Christine  Michaud, Diane Bilodeau et Christian Fortin, aux Éditions  Édito, 460 pages
Photo courtoisie
Éric Dupont, Christine Michaud, Diane Bilodeau et Christian Fortin, aux Éditions Édito, 460 pages

Il y a moyen de vivre en santé jusqu’à un âge avancé, et cet ouvrage, qu’on devrait vraiment tous lire, nous explique comment. Évidemment, plusieurs chapitres seront consacrés à l’importance de l’activité physique et d’une saine alimentation. Mais saviez-vous qu’une mauvaise hygiène buccale multipliait par deux le risque de développer une maladie rénale ? Ou que le fait d’avoir un chat réduisait de 63 % le risque de mourir d’un infarctus ? Eh oui, on a encore beaucoup de choses à apprendre...


Femmes débordées

Céline Copier, aux Éditions Michel Lafon, 208 pages
Photo courtoisie
Céline Copier, aux Éditions Michel Lafon, 208 pages

 

Un livre joliment illustré qui s’adresse exclusivement aux femmes qui ne savent plus à quel saint se vouer pour réussir à combiner au quotidien travail, vie de famille et tâches ménagères. Également confrontée à cette très dure réalité, la fondatrice du site www.femmesdebordees.fr y réunit en effet tous ses meilleurs trucs et conseils afin de les aider à enfin pouvoir respirer par le nez !