/weekend
Navigation

Quand le courant passe

Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).

Coup d'oeil sur cet article

Les acteurs de L’heure bleue n’ont pas mis beaucoup de temps à fraterniser l’an dernier. En entrevue au Journal, ils disent avoir tissé des liens dès les tout premiers jours de travail. Et depuis ce temps, ils sont devenus de véritables amis. Cette chimie est palpable lorsqu’on visite le plateau de tournage du feuilleton d’Anne Boyer et Michel d’Astous.

Leurs rapports sont tellement familiers que Céline Bonnier se permet même de souligner les erreurs de français de Nico Racicot en entrevue. « Chaque fois qu’elle m’entend dire “quand qu’on”, elle me répond “quand on”, relate le principal intéressé. Céline est bonne pour corriger mes fautes. »

L’actrice excuse facilement les erreurs grammaticales du jeune homme. Car, en plus de parler hébreu et espagnol, ce dernier a fait ses études en anglais. On serait perdu à moins...

C’est d’ailleurs l’une des choses qui frappent le plus en rencontrant les comédiens de L’heure bleue : bien qu’ils soient issus de générations différentes et qu’ils aient emprunté des chemins contrastants, ils forment un groupe tricoté serré.

« C’est cliché à dire, mais on s’aime beaucoup, confie Céline Bonnier. Notre amitié s’est développée rapidement. Et avec Nico, ça s’est fait toute de suite, parce qu’on a commencé très tôt à jouer des scènes ensemble. »

Des affinités

Dans L’heure bleue, Céline Bonnier incarne Anne-Sophie, une mère de famille endeuillée originaire de Cowansville et qui décide de refaire sa vie à Montréal, loin de tout, mais surtout de Bernard, son conjoint, campé par Benoît Gouin.

Diffusée à TVA en début d’année, la première saison du drame a raconté comment Anne-Sophie a tenté de gérer la mort de son fils à distance, dans un appartement du Mile-End qu’elle partage avec trois colocataires : David (Nico Racicot), Jules (Frédéric Lemay) et Michel (Mustapha Aramis).

Alors qu’à l’écran, les protagonistes continuent de s’ajuster les uns aux autres, dans la vraie vie, cette période d’adaptation est terminée depuis longtemps.

« On a commencé à parler de choses très personnelles la première journée, indique Nico Racicot. On a de grandes affinités sur toutes sortes de choses, comme la spiritualité, la carrière, la famille, le travail... C’est plutôt rare de rencontrer des personnes avec qui tu peux t’ouvrir autant. Ça fait chaud au cœur quand ça arrive, parce que jouer dans une série, ce n’est pas une job normale. Avoir un aussi bon contact humain avec les autres, ça aide à passer au travers de longues journées. »

« Les acteurs, c’est comme des chatons, poursuit Céline Bonnier. On a besoin de bien s’entendre, parce que notre métier, c’est d’entrer en contact avec d’autres personnes. Et pour pouvoir jouer ensemble, on a besoin d’être dans un climat de confiance. Des fois, ça n’arrive pas et c’est difficile de savoir pourquoi. Mais d’autres fois, c’est vraiment facile. Comme c’est le cas ici. »

Une chance

En 2017, la bonne entente est d’autant plus importante en raison des horaires de plus en plus serrés de tournage. Il faut faire vite et parfois, la tension peut monter rapidement, particulièrement en fin de journée, quand vient le temps de boucler certaines scènes clés.

Aux dires des acteurs, le réalisateur Stéphan Beaudoin a réussi à instaurer une dynamique qui permet un maximum d’efficacité, sans nuire aux conditions de travail.

« Je trouve ça extraordinaire de pouvoir goûter à tout ça en début de carrière, remarque Mustapha Aramis. Je suis tellement content de voir que Céline Bonnier, qui fait ce métier depuis des années, garde toujours la plus belle des attitudes quand elle travaille. Je trouve ça génial d’être aussi bien entouré. C’est inspirant. C’est le meilleur plateau sur lequel j’ai travaillé depuis que je suis sorti du Conservatoire, il y a trois ans. »


► TVA présente L’heure bleue le mardi à 21 h.

 

À suivre...

À quoi peuvent s’attendre les téléspectateurs de L’heure bleue au cours des prochains mois ? Nous avons demandé aux comédiens de révéler les enjeux auxquels feront face leurs personnages.

Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Anne-Sophie (Céline Bonnier)

Revenue à Cowansville pour prendre soin de Bernard (Benoît Gouin) après son agression, Anne-Sophie est maintenant de retour à Montréal.

« Sans complètement évacuer le thème du deuil, la deuxième saison explore une plus grande variété d’intrigues, dit Céline Bonnier. La famille, les colocs... Le portrait s’élargit. Ça rend les choses vraiment intéressantes. Et c’est très mouvementé. »

Céline Bonnier a récemment gagné le prix Gémeaux du Meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique annuelle pour L’heure bleue. Au gala, elle a dédié son prix au réalisateur Stéphan Beaudoin. En entrevue au Journal, elle se dit contente de l’avoir rencontré. « Il fait un travail formidable. C’est son apport qui donne le ton à la série. »

Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

David (Nico Racicot)

Après s’être excusé auprès d’Anne-Sophie pour le geste déplacé qu’il avait posé alors qu’il était en couple avec Olivia (Mylène St-Sauveur), David se rebellera contre sa mère trop rigide, Ruth, en se lançant en affaires avec Michel.

« On voit le monde dans lequel il a grandi, indique Nico Racicot. C’est intéressant : on comprend pourquoi David est devenu la personne qu’il est aujourd’hui. »

À cet effet, l’auteur Michel d’Astous trace un parallèle entre les personnages de David et d’Anne-Sophie, qui ont tous connu un déracinement pour repartir à neuf ailleurs. « David a vraiment mis son passé dans un placard, même ses moyens financiers. Il vit maintenant dans un milieu francophone. Il veut sortir du moule qu’on avait préparé pour lui. »

Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Michel (Mustapha Aramis)

Éternel adolescent, Michel sera contraint de redescendre sur terre cette saison, notamment quand la fille d’Anne-Sophie, Clara (Alice Morel-Michaud), développera des sentiments pour lui.

« Michel plane au-dessus des problèmes des autres, déclare Mustapha Aramis. Il se fout un peu de tout, mais c’est une façade. Cette année, il réalise qu’il doit changer. Il sera forcé de changer sa manière d’agir non seulement en amour, mais au travail. »

L’acteur se réjouit de jouer dans une série mettant en scène des personnages masculins aussi contrastants. « David, Jules et Michel se complètent tellement bien. Ils apprennent beaucoup ensemble. Ça les fait évoluer. C’est le fun à voir. »

Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Jules (Frédéric Lemay)

C’est une année de grands changements pour Jules. Diagnostiqué Asperger, il sera forcé de lâcher prise après avoir rencontré Roxanne (Noémie O’Farrel).

« Le gars a 24 ans, mais il n’a jamais fait l’amour, souligne Frédéric Lemay. Quand il rencontre Roxanne, ses pulsions s’entrechoquent. D’un côté, il veut avoir du plaisir et coucher avec quelqu’un, mais de l’autre, il veut qu’on respecte sa bulle intacte. Jules aime se sentir en sécurité. Quand Roxanne débarque, elle vient chambouler tout ça. Elle le déstabilise. »

Roxanne (Noémie O’Farrel)

Nouvelle venue dans L’heure bleue, Roxanne sera l’amoureuse de Jules.

« La façon dont Jules et Roxanne se rencontrent, ça peut donner l’impression qu’elle manque d’écoute et d’empathie, mais non, commente Noémie O’Farrel. Roxanne, c’est une personne libre dans sa tête. Elle a de vrais sentiments pour Jules. Elle le trouve intéressant parce qu’il est original. Elle aime sa façon bien à lui de voir le monde. Ce sont deux incompris qui, ensemble, se comprennent. »

 

Un nouvel appart

L’heure bleue change de décor cet automne. En raison d’un moratoire sur tous les tournages au cœur du quartier Mile-End à Montréal, les producteurs du drame ont été forcés de trouver un nouvel endroit où filmer les scènes d’appartement de David, Jules, Michel et Anne-Sophie. Cette mesure, adoptée en novembre 2016, a également obligé les auteurs Anne Boyer et Michel d’Astous à ajuster leur récit et intégrer une intrigue secondaire concernant un déménagement.

Le Journal s’est rendu dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve pour visiter le nouveau logement du quatuor.

Voici – en photos – notre tour des lieux.

Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Les comédiens Nico Racicot (David), Mustapha Aramis (Michel), Noémie O’Farrel (Roxanne), Céline Bonnier (Anne-Sophie) et Frédéric Lemay (Jules).
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean