/opinion/columnists
Navigation

Au diable la dépense!

Monnaie canadienne
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Dans son dernier numéro, L’Actualité publie les résultats d’une vaste enquête sur l’efficacité des ministères provinciaux. Selon cette enquête présentée par Alec Castonguay, la plupart des ministères naviguent à vue, sans plan stratégique précis.

De dire Marc-Nicolas Kobrynsky, un spécialiste titulaire d’une maîtrise de la London School of Economics, 21 % de tous les efforts humains et financiers des ministères provinciaux sont effectués sans but précis.

« Après 17 ans, il est surprenant de voir autant de ministères se fixer des objectifs sans cibles précises et mesurables », dit-il.

En d’autres mots, on prend notre argent et on le dépense n’importe comment, sans vérifier si ces dépenses serviront à quelque chose ou pas.

Presser le citron

J’aimerais qu’un jour on calcule tout l’argent dépensé pour rien par nos gouvernements chaque année.

Je suis sûr que c’est astronomique.

Il suffit de lire les reportages que nous publions régulièrement sur le bordel informatique — pour ne prendre que ce dossier — pour se rendre compte que le gaspillage n’est plus l’exception, mais la règle.

C’est comme si l’État avait notre NIP et pigeait directement dans notre compte de banque sans nous demander la permission.

Les fonctionnaires n’ont aucune gêne. Ils ne prennent même plus la peine de voir si l’État en a pour son argent ou s’il n’y aurait pas une façon plus économique de faire les choses.

Pourquoi le feraient-ils ? Le contribuable est là !

Quand on sera à court d’argent, on aura juste à le presser encore plus ! Et il ne pourra se défiler, car on lancera les goons du ministère du Revenu à ses trousses pour récupérer les trois dollars qu’il nous doit...

Énergie renouvelable

On parle beaucoup d’énergie renouvelable depuis quelque temps. Qu’est-ce que le contribuable, sinon la meilleure source jamais trouvée d’énergie renouvelable ?

Il se reproduit ! Il produit lui-même (et sans qu’on le lui demande) de futurs contribuables qui verseront la moitié de leur salaire à l’État pour faire vivre une armée de fonctionnaires dont la principale mission est de vider les poches des contribuables !

Et qu’est-ce que le contribuable fait avec l’autre moitié de son salaire ? Il consomme. Ce qui rapporte encore de l’argent au gouvernement !

La moitié de ton salaire à l’impôt ! Et des taxes de 15 % sur tes dépenses !

C’est pas beau, ça ?

Après ça, on se demande pourquoi l’État ne se serre pas la ceinture...

Pas besoin. Le contribuable serre déjà la sienne pour lui !

Demander des comptes

Malheureusement, les questions économiques n’intéressent pas beaucoup l’homme de la rue. On préfère parler de sujets plus spectaculaires, comme les accommodements raisonnables, le temps d’attente dans les urgences ou la qualité de la bouffe dans les CHSLD.

Or, tant que nous ne demanderons pas des comptes à nos élus à propos de la façon dont l’État gère notre argent, les fonctionnaires des différents ministères continueront de fouiller dans nos poches et de dépenser notre fric à gauche et à droite, sans but ni objectif précis.

À quand une révolte des contribuables ?