/travel/destinations
Navigation

Poutine et bagels à la conquête de Séoul

Coup d'oeil sur cet article

SÉOUL, Corée du Sud | Fin 2016, les Coréens découvrent le Québec grâce à une série télévisée, Goblin, dont l’action se passe en partie dans la capitale qui s’en trouve magnifiée. La province a ainsi bénéficié d’un succès retentissant dans toute l’Asie, avec pour résultat, une affluence record de touristes coréens, venus découvrir tous les trésors de Québec. Au passage, ils découvrent les plats d’ici et sont tombés en amour avec certains d’entre eux. En effet, on peut désormais déguster de la poutine et des bagels, à plus de 10 000 km d’ici !

À Séoul, capitale de la Corée du Sud, cette montée de popularité autour du Québec se manifeste par une éclosion de petits restaurants et de food-trucks où on sert ces deux symboles de la cuisine québécoise : la poutine et le bagel.

Que nos papilles soient difficiles ou non, on est en droit de se demander comment ces deux mets typiquement québécois sont proposés aux Coréens : est-ce qu’ils ressemblent aux originaux et surtout, est-ce que leur goût se rapproche de ce qu’on connaît ici ? Sur les recommandations de Québécois expatriés là-bas, nous avons décidé de tester deux restaurants : Oh ! Poutine, dans le quartier d’Itaewon et Bagel Mtl dans le quartier de Hongdae ; le résultat est plutôt étonnant. Ces deux établissements sont tenus par deux Canadiens d’origine coréenne.

 

Bagel MTL: quartier Hongdae

Le restaurant vu de
 l’extérieur.
Photo courtoisie
Le restaurant vu de l’extérieur.

C’est en 2015 que Dan Kim, Torontois, s’est établi en Corée du Sud. Il souhaitait se ­lancer en ­affaires et après mûres réflexions, il décide d’ouvrir un restaurant proposant un ­produit qu’on trouve peu en Asie : le bagel. Dan a grandi dans un quartier de Toronto où le bagel est l’équivalent du croissant. Sa mission était toute trouvée : le faire découvrir aux Séoulites.

Les bagels de Dan font le 
bonheur de ses clients, tant ils 
sont bons et moelleux.
Photo courtoisie
Les bagels de Dan font le bonheur de ses clients, tant ils sont bons et moelleux.

Ingrédient secret

Le secret de Bagel Mtl ? 
Utiliser une farine importée 
du Canada.
Photo courtoisie
Le secret de Bagel Mtl ? Utiliser une farine importée du Canada.

Il a choisi Hongdae, un quartier très populaire et fréquenté par des étudiants et des expatriés. Son équipe vous accueille dans un espace lumineux et ­chaleureux où le choix des bagels rappelle ceux de la rue Saint-­Viateur : sésame, pavot, nature, etc. Même si Dan a vécu à ­Toronto, il connaît la réputation des bagels de Montréal d’où le nom de son restaurant et il ­travaille fort pour que le goût et le moelleux de ses bagels soient à la hauteur. Son secret : utiliser une farine importée du Canada.

Dan Kim et son équipe
 ont pour mission de faire
 découvrir les bagels aux 
résidents de Séoul.
Photo courtoisie
Dan Kim et son équipe ont pour mission de faire découvrir les bagels aux résidents de Séoul.

Les bagels sont cuits au feu de bois et le résultat est plutôt épatant. Le temps d’une dégustation, on se retrouve téléportés à Montréal, ce que plusieurs expatriés lui confirment régulièrement.

Dan a choisi Hongdae pour  
établir son restaurant, un quartier 
populaire fréquenté par des 
étudiants et plusieurs expatriés.
Photo courtoisie
Dan a choisi Hongdae pour établir son restaurant, un quartier populaire fréquenté par des étudiants et plusieurs expatriés.
Photo courtoisie
Les bagels sont cuits
 au feu de bois.
Photo courtoisie
Les bagels sont cuits au feu de bois.

 

Oh ! Poutine: quartier Itaewon

Oh ! Poutine est tenu par une
jeune fille originaire de Vancouver.
Photo courtoisie
Oh ! Poutine est tenu par une jeune fille originaire de Vancouver.

Oh ! Poutine, c’est un petit comptoir lumineux tenu par Ellie Yeonjoo Kim, une jeune fille souriante et déterminée à vous offrir une vraie poutine. Originaire de Vancouver, c’est aussi en 2015 qu’elle pose ses valises à Séoul. Rapidement, elle découvre que des restaurants proposent la poutine. Elle les essaie, mais elle est déçue, car le goût n’y est pas du tout. Surtout qu’il n’est pas facile de trouver du fromage en grains en Asie... Ellie s’engage alors à proposer une vraie poutine aux Coréens, en fabriquant notamment son propre fromage en crottes, digne des meilleures poutines québécoises. Cela lui prend sept heures pour le faire et elle l’explique très bien quand on vient lui rendre visite.

Le décor est simple et chaleureux.
Photo courtoisie
Le décor est simple et chaleureux.

Adaptée au goût coréen

La propriétaire passe plus de sept 
heures à fabriquer son propre 
fromage en grains.
Photo courtoisie
La propriétaire passe plus de sept heures à fabriquer son propre fromage en grains.

La carte est variée et certains choix sont adaptés au goût coréen, comme celle avec les gâteaux de riz (rice cake). Son petit ­commerce commence à être connu et Ellie peut compter sur l’aide de sa sœur pour pouvoir répondre à la demande. En passant, même si la poutine est délicieuse, n’hésitez pas à observer le mur qui déborde de petits mots d’encouragements. Ellie est ­d’ailleurs très touchée par ceux laissés par des Québécois, dont certains sont très drôles. En ce qui nous concerne, on vous confirme que le fromage fait ­vraiment « skouik skouik » ! Une vraie ­poutine qui n’a pas à rougir de la comparaison avec celles d’ici.

Certaines poutines sont adaptées au goût
coréen, avec des gâteaux de riz, par exemple.
Photo courtoisie
Certaines poutines sont adaptées au goût coréen, avec des gâteaux de riz, par exemple.

Bien qu’ils ne soient pas ­Québécois, nous avons été épatés par la détermination et la passion de ces deux autodidactes à préparer des spécialités dignes de ce nom. Avec ces Québécois de cœur, la poutine et le bagel sont bien représentés au Pays du matin calme.

Le mur du restaurant est
 couvert de mots 
­d’encouragements 
comme ceux-ci.
Photo courtoisie
Le mur du restaurant est couvert de mots ­d’encouragements comme ceux-ci.
Photo courtoisie