/news/currentevents
Navigation

Ils retirent la peau de moutons vivants

Deux fermiers accusés d’avoir permis de l’abattage illégal n’auront pas à rembourser le gouvernement

mouton
Photo d’archives Depuis plusieurs années, des musulmans célébraient l’Aïd al-Adha, la fête du mouton, sur le site de la ferme BSC, située à L’Avenir, dans le Centre-du-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

L’AVENIR | Deux dirigeants d’une ferme accusés d’avoir permis l’abattage illégal de moutons, notamment en retirant la peau de certains d’entre eux avant qu’ils soient morts, pourront tout de même bénéficier de l’argent de la vente des bêtes encore vivantes.

Jonathan Bélanger-Cloutier et son père, Michel Cloutier, de la ferme BSC, sont en attente d’un jugement relativement à 17 chefs d’accusation pour des infractions qui auraient été commises dans le cadre de l’Aïd al-Adha (aussi appelée fête du mouton), qu’ils tenaient chaque année à l’intention de la population musulmane.

Deux inspecteurs et un vétérinaire du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) ont été dépêchés sur les terres de l’entreprise agricole de L’Avenir, près de Drummondville, le 12 septembre 2016. Ils ont constaté que non seulement BSC procédait à l’abattage sans permis, mais que les abatteurs utilisaient une technique qui faisait souffrir l’animal, selon eux.

« Il appert que la mauvaise technique utilisée ne permet pas une mort prompte, parce que la coupe des artères carotides et des veines jugulaires ne se fait pas des deux côtés ou se fait de façon incomplète malgré plusieurs tentatives. [...] Pour certaines bêtes, la procédure d’habillage est commencée alors qu’elles ne sont pas encore mortes et que l’on utilise de l’air provenant d’un compresseur pour gonfler l’animal afin de faciliter le retrait de la peau », peut-on lire dans un jugement du juge Paul Dunnigan, de la Cour du Québec.

Le vétérinaire du MAPAQ Eduardo Camacho Rugeles a demandé aux propriétaires de cesser ces activités, mais ceux-ci n’auraient pas obtempéré. Ils auraient encore abattu des animaux le lendemain.

Mal en point

Les enquêteurs ont saisi sur place 83 moutons. Le juge Dunnigan a permis au gouvernement de les vendre afin de payer les frais de traitement et de garde des animaux, qui s’élevaient à 66 547,17 $.

Il s’agit donc d’une dette qui s’efface pour les deux accusés.

Au-delà de l’abattage, le juge Dunnigan a donné raison aux inspecteurs du MAPAQ, qui avaient estimé nécessaire de procéder à la saisie du troupeau, considérant que les bêtes toujours vivantes se trouvaient dans un piètre état.

Dans un rapport, le vétérinaire Rugeles affirme que plusieurs des bêtes se trouvant dans un enclos à proximité paraissaient malades ou mal en point, certaines brebis marchant sur les genoux ou sur trois pattes, d’autres toussant.

S’ils sont reconnus coupables, les fermiers s’exposent à des amendes totalisant 200 000 $.