/news/currentevents
Navigation

La SQ enquête sur le meurtre d'un ex-policier au Lac-Saint-Jean

L’homme de 64 ans a été découvert sans vie vers 11 h 30 dimanche matin

Un ancien policier de la SQ, Norbert Fortin, a été retrouvé mort dimanche dans sa résidence de Sainte-Hedwidge.
Photo Stéphane Bouchard Un ancien policier de la SQ, Norbert Fortin, a été retrouvé mort dimanche dans sa résidence de Sainte-Hedwidge.

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-HEDWIDGE | La Sûreté du Québec enquête sur le meurtre de Norbert Fortin, un policier retraité âgé de 64 ans, mort dans des circonstances nébuleuses. Il n’y a aucun suspect pour l’instant.

Norbert Fortin a été retrouvé sans vie, par des proches, dans sa maison située au 306 du rang 8, à Sainte-Hedwidge près de Roberval au Lac-Saint-Jean.

Il résidait seul à cet endroit et n’avait ni femme ni enfant.

Selon les personnes rencontrées par Le Journal de la petite municipalité de 860 habitants, Norbert Fortin avait une vie rangée et ne s’impliquait pas dans la vie sociale de la communauté.

Le Journal n’a pas été en mesure de s’entretenir avec le frère de la victime, mais sur sa page Facebook, Daniel Fortin a écrit lundi soir n’avoir « jamais été aussi en crisse après quelqu’un que je connais pas [sic] ».

FIN DE CARRIÈRE HÂTIVE

L’ancien policier de la SQ, qui avait pris sa retraite en 1999, a connu une fin de carrière précipitée.

Celui qui a passé une bonne partie de sa vie professionnelle dans le Nord-du-Québec, près de la Baie-James, a dû faire face à des accusations de menace de mort, d’agression sexuelle et de conduite en état d’ébriété, pour lesquelles il a été acquitté.

Selon des informations que nous avons pu recueillir, Norbert Fortin aurait quitté son emploi, alors qu’il était encore dans la quarantaine, pour ne pas affronter le comité de discipline de la SQ.

À savoir si ces accusations auraient pu avoir des liens avec l’homicide, le porte-parole de la SQ, Jean Tremblay, n’exclut aucune possibilité pour l’instant. La seule certitude est que sa mort n’est « pas accidentelle, et pas un suicide. »

AIDE DU PUBLIC

Sans donner plus de détails à propos des circonstances de l’homicide, Jean Tremblay indique que la SQ a passé 24 heures à analyser la scène de crime et qu’elle demande maintenant l’aide du public pour faire la lumière sur cet événement.

La SQ a installé son poste de commandement près de l’église, en plein cœur du village de Sainte-Hedwidge, afin de recueillir des informations. Officiellement, le porte-parole de la SQ déclare que le corps policier a déjà rencontré des témoins et commence à avoir « un profil de l’individu », sans donner davantage de précision.

Après une autopsie judiciaire, la SQ pourra affirmer avec certitude le moment où la victime est décédée. Jean Tremblay n’a pas non plus voulu indiquer si Norbert Fortin était mort dans des circonstances violentes.