/news/currentevents
Navigation

Elle disait à ses patients de cesser leur médication

psychoéducatrice radiée
Photo courtoisie, Lyne Larocque Lyne Larocque poursuit ses activités d'hypnothérapie et de naturopathie, en plus de donner des cours de yoga pleine conscience.

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | Une psychoéducatrice qui demandait à des patients en dépression de remplacer la prise de médicaments par de l’hypnose et des produits homéopathiques a été radiée temporairement.

En plus d’être psychoéducatrice à Drummondville, Lyne Larocque se dit aussi hypnothérapeute et naturopathe. Entre février 2014 et mars 2016, elle a proposé à au moins quatre de ses patients dépressifs de cesser de prendre leurs médicaments et d’aller plutôt vers l’hypnose ou les produits naturels.

À la suite d’un appel anonyme, l’Ordre des psychoéducateurs a envoyé un enquêteur sous couverture.

Mme Larocque lui a alors suggéré une « thérapie des profondeurs » comprenant cinq séances d’hypnose avant d’entreprendre sa médication. Elle lui a proposé également d’acheter des produits de « shungite » qui auraient la propriété de neutraliser les ondes wifi et électromagnétiques.

Amende

L’agente a noté que Mme Larocque ne prenait pas assez de renseignements auprès de ses patients pour bâtir un plan d’intervention, qu’elle ne les informait pas adéquatement et qu’elle ne consignait presque rien dans les dossiers.

L’Ordre a radié Mme Larocque pour six mois et l’a contrainte à verser 2500 $ d’amende.

Lyne Larocque estime que les accusations sont attribuables à une différence de perception. Pour elle, l’hypnothérapie et les pierres de « shungite » sont reliées à la psychoéducation. Elle aurait préféré que l’Ordre communique avec elle directement plutôt que d’envoyer un enquêteur.

« Avant qu’ils m’arrivent avec ça, je ne pouvais pas concevoir qu’on me reproche ces actes. Maintenant, je comprends, ils perçoivent les choses différemment. Ils devraient nous guider plutôt que d’interpréter et de nous prendre au piège », dit-elle.