/finance/opinion/columnists
Navigation

Et vlan dans les ailes de Boeing!

Coup d'oeil sur cet article

Au lieu d’écraser le C Series comme une punaise, Boeing se retrouve maintenant en compétition contre un C Series plus fort que jamais. Grâce à qui ? Grâce au grand rival de Boeing, soit l’avionneur européen Airbus, qui vient de prendre le contrôle du programme C Series.

Le géant Airbus devient l’actionnaire majoritaire du C Series en acquérant une participation de 50,01 %. Les autres actionnaires demeurent Bombardier avec 31 % et le gouvernement du Québec avec 19 %.

C’est donc dire que le nouveau partenariat Airbus-Bombardier-Québec donne une valeur d’environ 5,3 milliards $ US au programme du C Series, laquelle valeur se répartit comme suit : 2,63 milliards US pour Airbus ; 1,64 milliard US à Bombardier ; et 1 milliard US au gouvernement du Québec.

BONNE NOUVELLE

Dans les circonstances, le partenariat stratégique avec Airbus va permettre au C Series de se battre à armes égales contre son ennemi numéro 1, Boeing. Et qui plus est, la survie du C Series sera maintenant assurée ou presque.

L’envergure mondiale du géant Airbus, sa crédibilité, son expertise et sa grande force de vente permettront au C Series de percer plus facilement le vaste marché des avions de la catégorie des 100 à 150 places. Un marché de quelque 6000 avions, que l’on évalue à au moins 500 milliards $ US.

Le nouveau partenariat procure également au programme C Series la pérennité tant souhaitée de la part des 2000 employés québécois liés au C Series.

Il est important de rappeler ici que le partenariat avec Airbus garantit au Québec la conservation à long terme du siège social du C Series et de son principal centre de fabrication.

SURVIE ASSURÉE

Bombardier était acculée au pied du mur avec les fameux droits compensateurs de 300 % que le département du Commerce américain souhaite imposer sur la vente des avions C Series aux compagnies aériennes américaines.

Avec de tels droits, même s’ils étaient considérablement réduits lors de la décision finale qui sera rendue au début de 2018, le C Series était condamné à ne vendre aucun avion aux États-Unis, le principal marché pour cette catégorie d’avions commerciaux.

De plus, la menace américaine d’imposer des droits compensateurs sur les C Series allait ralentir considérablement la force de vente du C Series ailleurs dans le monde.

DES C SERIES AMÉRICAINS

En permettant à Airbus de devenir l’actionnaire de contrôle du C Series, il sera maintenant possible de vendre des C Series aux Américains, et ce sans être assujettis aux fameux droits compensateurs.

Comment ? Les C Series vendus aux Américains seront assemblés à l’usine américaine que Airbus possède en Alabama.

Concernant l’investissement de 1 milliard US du gouvernement du Québec dans le C Series, sachez qu’il y est gelé au moins jusqu’en 2023.

Mais cette fois, nos chances de faire un jour de l’argent avec ce « placement » sont relativement bonnes !