/news/transports
Navigation

Des pots de fleurs au milieu de la rue

Sainte-Thérèse a trouvé une façon de ralentir la circulation automobile qui met des citoyens en colère

Lorsque les automobilistes quittent la rue Meunier, à Sainte-Thérèse, ils doivent contourner deux gros pots de fleurs placés en plein milieu de la voie de circulation.
Photo Dave Parent Lorsque les automobilistes quittent la rue Meunier, à Sainte-Thérèse, ils doivent contourner deux gros pots de fleurs placés en plein milieu de la voie de circulation.

Coup d'oeil sur cet article

Des citoyens de Sainte-Thérèse n’en reviennent pas que leur ville ait placé des pots de fleurs en plein milieu d’une rue résidentielle pour ralentir la circulation.

Cloé Gaulin habite la rue Meunier depuis près de trois ans et c’est la première fois qu’elle doit contourner des pots de fleurs pour sortir de sa rue.

Des citoyens ont remarqué que des automobilistes pressés circulaient à vive allure sur cette rue habituellement tranquille. La solution de la ville à ce problème a été d’installer de gros pots de fleurs.

« C’est complètement ridicule. C’est dangereux. Un matin, je me suis réveillée et c’était dans la rue. Pourtant c’est bien tranquille. Les pots de fleurs sont gros et encombrants. Le soir, on ne les voit pas et ça diminue la visibilité, et ça enlève de la place pour tourner », explique Mme Gaulin.

Trop vite

Lorsque les automobilistes quittent la rue Meunier, à Sainte-Thérèse, ils doivent contourner deux gros pots de fleurs placés en plein milieu de la voie de circulation.
Photo Dave Parent

Les automobiles qui arrivent de la rue Napoléon n’ont pas d’arrêt obligatoire à faire avant de tourner pour emprunter la rue Meunier, qui mène à une école secondaire.

Des citoyens ont expliqué que parfois les conducteurs tournent le coin trop rapidement. Les pots de fleurs auraient été installés à cet endroit pour ralentir la circulation. Toutefois quand vient le temps de faire la manœuvre inverse, les pots nuisent à la visibilité.

« Quand on est sur Meunier et qu’on veut prendre Napoléon, il y a une haie de cèdres au coin et maintenant avec les pots on voit encore moins les voitures qui passent. Et pourquoi installer les pots avant l’hiver et si près de la date des élections ? » demande la femme de 23 ans.

Et les dos d’âne ?

« Les panneaux de signalisation et les dos d’âne existent pour ça », ajoute Matilde Lopes, qui habite aussi sur la rue Napoléon.

Les pots ont été installés le 9 octobre et les citoyens se demandent s’ils seront toujours sur place lors des premières neiges, ce qui deviendra encore plus problématique.

« Ce n’est pas une place convenable, selon moi. Si quelqu’un entre dedans le soir parce qu’ils ne sont pas visibles en tournant, bonjour les poursuites », lance Sébastien Duquette, un résident de Sainte-Thérèse.

On retrouve une école dans le secteur (le pavillon Lionel-Bertrand de l’école Le Tandem), mais elle est située à l’autre extrémité de la rue Meunier.

La Ville de Sainte-Thérèse n’était pas disponible pour commenter hier.

— En collaboration avec monjournal.ca