/sacchips
Navigation

Les 10 meilleurs films de zombies de tous les temps

Les 10 meilleurs films de zombies de tous les temps
© 2004 Rogue Pictures

Coup d'oeil sur cet article

Tel le cadavre fraîchement exhumé et son insatiable appétit pour les cerveaux humains, les films de zombies ne cessent d'émoustiller les studios de cinémas.

Servant à la fois de tremplin pour la satire politique et de commentaire morose sur la nature humaine, ils fascinent et polarisent les audiences.

Peu importe le tableau dépeint, la trame narrative reste la même : les morts se lèvent, attaquent les vivants et s’ensuit un délectable chaos.

Voici nos 10 films de zombies préférés.

 

10. Night of the Living Dead

Ce film, sorti en 1968, est à l’origine de l’un des sous-genres les plus populaires du cinéma d’épouvante. Précurseur du gore et de l’esthétique particulière caractérisant les films de zombies, il a véritablement propulsé la carrière du regretté George A. Romero. Si certains lui reprochent d’avoir mal vieilli, Night of the Living Dead reste tout aussi poignant avec son rythme lent, sa direction artistique et sa finale riche en action. Un véritable classique.

9. Zombieland

Cette comédie d’horreur propose un guide de survie rendant hommage à ses prédécesseurs. Zombieland compense toutefois son manque de substance par la finesse de ses dialogues. Avec une distribution surprenante et une bande sonore enivrante, ce film mérite amplement sa place dans notre palmarès.

8. Dawn of the Dead (2004)

S’il s’agit d’un remake contemporain du film du même nom, la cultissime scène d’ouverture aura pourtant vite fait de convaincre les puristes. Le réalisateur Zack Snyder conjugue en Dawn of the Dead son savoir-faire en matière de films d’action au leitmotiv zombiesque. Le résultat est simple mais efficace, palpitant et amusant.

7. 28 Weeks Later

28 Weeks Later mêle savamment le propos sociopolitique aux tropes du film de série B. Palpitant, terrifiant et délicieusement gore, il offre (en patûre) des personnages attachants dont le spectateur garde à cœur la survie. La scène de poursuite où détale le protagoniste campé par Robert Carlyle est une des plus marquantes du cinéma d’horreur.

6. Train to Busan

Malgré son arc dramatique plutôt conventionnel, Train to Busan exploite les dogmes artistiques du cinéma coréen avec son hyperviolence chorégraphiée et empreinte d’émotion. Les quartiers exigus d’un train filant à toute allure provoquent l’hystérie collective de ses personnages tout en donnant une impression de fluidité au film. Une heure et demie de pur plaisir.

5. Dead Snow

Cette production norvégienne aussi comique que macabre ne s’adresse pas aux âmes sensibles. C’est que les belligérants y sont une force organisée, stratégique et particulièrement détestable : des zombies nazis. Dead Snow réinvente la comédie noire en proposant un chaos horrifique où les entrailles virevoltent presque joliment sur les pittoresques montagnes enneigées. 

4. Shaun of the Dead

Shaun of the Dead réussit où beaucoup ont échoué en mêlant la satire pleine d’esprit au cinéma d’épouvante. Ce conte apocalyptique a su se démarquer par la sagacité de ses dialogues. Celle-ci se révèle pourtant aussi charmante que traître, distrayant le spectateur des pernicieuses scènes d’horreur qui ponctuent brillamment le film.

3. 28 Days Later

Dans ce thriller utopique humaniste, Danny Boyle peint le terrifiant et graveleux portrait de la déchéance de l’humanité et de ceux qui y gardent une féroce volonté de survivre. La direction photographique et la trame musicale sont particulièrement poignantes et parfaitement anxiogènes. 28 Days Later est tout aussi effrayant qu’intellectuel et trône presque au sommet de notre liste.

2. Dawn of the Dead (1978)

Le Citizen Kane des films de zombies. La version originale de Romero, maître incontesté du genre, a posé les balises qui influenceront les prochaines décennies du cinéma d’horreur. Censuré pour ses effets spéciaux jugés trop graphiques pour l’époque, Dawn of the Dead a révolutionné la culture populaire. Le meilleur film de zombies de tous les temps pondère avec brio contestation anticapitaliste, désaveu de société postindustrielle et divertissement bonbon.

1. [REC]

Plongeant l’audience dans l'enfer cauchemardesque d'un complexe d'appartements assiégé, [REC] conjugue tension psychologique et réalisme sanglant. Le huis clos y est exploité comme exercice de style à part entière en se mêlant aux plans de vues à caméra subjective. Ce long-métrage espagnol, baignant tantôt dans le surnaturel, tantôt dans la production de série B, est incontestablement l’un des films d’horreur les plus effrayants jamais réalisés.