/news
Navigation

Trudeau visite l’usine de PFR

Le PM courtise les travailleurs de l’industrie forestière lors de son passage à Alma

Justin Trudeau a visité l’usine Alma de PFR pour terminer sa tournée du comté Lac-Saint-Jean.
Photo Stéphane Bouchard Justin Trudeau a visité l’usine Alma de PFR pour terminer sa tournée du comté Lac-Saint-Jean.

Coup d'oeil sur cet article

ALMA | Justin Trudeau a terminé sa tournée du comté Lac-Saint-Jean en visitant les installations de Produits forestiers Résolu (PFR), une entreprise durement touchée par une guerre commerciale avec les Américains.

Venu prêter main-forte au candidat libéral Richard Hébert pour l’élection partielle dans Lac-Saint-Jean, le premier ministre n’avait que cette activité prévue à son agenda vendredi.

Les travailleurs de l’usine et les représentants de PFR ont profité du passage de Justin Trudeau dans leurs installations pour lui faire part de leurs inquiétudes. Ils ont aussi sensibilisé le premier ministre à plusieurs dossiers qui menacent l’avenir de l’industrie forestière.

« Ç’a été une belle occasion d’échanger avec les travailleurs, d’écouter quelques-unes de leurs préoccupations », a indiqué Justin Trudeau à la sortie de l’usine de PFR.

Voulant rallier les électeurs d’Alma, le premier ministre a rappelé que son gouvernement, selon lui, défend les intérêts des communautés forestières.

« [Nous avons aussi] parlé de l’avenir de la foresterie au Québec et de comment on est en train de défendre les intérêts des travailleurs de la région », a ajouté M. Trudeau.

VISITE APPRÉCIÉE

Pour le porte-parole de PFR, Karl Blackburn, cette visite a été l’occasion de conscientiser le premier ministre à la dure réalité dans laquelle évolue l’entreprise.

« Les défis auxquels nous faisons face sont sous la responsabilité fédérale. On pense à la loi sur les espèces menacées. On pense bien sûr au commerce international, aux règles qui gouvernent les relations commerciales entre les nations », a expliqué M. Blackburn.

Le maire d’Alma, Marc Asselin, a lui aussi été satisfait de cette rencontre avec le premier ministre. « Il y a eu de bonnes questions et de bonnes inquiétudes qui lui ont été mentionnées, et ses réponses, je les ai trouvé bonnes », a rappelé celui qui a passé l’essentiel de sa carrière dans cette usine.

De son côté, le président du syndicat des employés professionnels et de bureau, Pierre Tremblay, a bon espoir que le premier ministre tiendra compte du point de vue des travailleurs à l’avenir.

« Il est plus sensible. [...] On lui a montré que l’usine d’Alma, c’était des hommes, c’était des femmes, c’était des familles », a précisé M. Tremblay.

PLAINTE DE NORPAC

Cette visite avait lieu alors qu’une autre tuile pourrait bientôt s’abattre sur PFR. Les États-Unis pourraient bientôt imposer des droits compensateurs et antidumping, suite à une plainte de la papetière Norpac.

« Il y a une évaluation de cette plainte qui est en train d’être faite. Si les conclusions devaient mener à l’imposition de droits compensateurs sur le papier journal, ça viendrait affecter la production de l’usine Alma directement », a rappelé Karl Blackburn.

Cette taxe pourrait s’ajouter à celles déjà imposées par les Américains sur le papier surcalandré et le bois d’œuvre.