/misc
Navigation

La «société distincte» interdite

relations canadiennes
Photo Simon Clark Philippe Couillard et son lieutenant Jean-Marc Fournier ont pour slogan : « Être Québécois, c’est notre façon d’être Canadien. » Pas en matière de neutralité religieuse, semble-t-il.

Coup d'oeil sur cet article

Le débat sur la laïcité ou neutralité religieuse ? Ça risque de repartir comme en 2013, année de la charte du PQ. Avec peut-être des accents de 1987-1990.

Oui, l’époque de la querelle autour de l’accord du lac Meech. Plusieurs l’ont oublié, mais cet accord — qui se mua en désaccord — aurait permis d’ajouter à la constitution, pour désigner le Québec, la notion de « société distincte ».

Philippe Couillard est revenu à celle-ci jeudi pour répliquer aux dénonciations, dans le ROC (Rest of Canada), de sa loi 62 sur la neutralité religieuse.

« C’est la façon dont le Québec veut développer sa société. Je comprends qu’il peut y avoir des différences, mais le Québec est dans les faits une société différente », a dit le premier ministre, dans une rare défense de la spécificité québécoise.

Visages découverts

Adoptée mercredi, la loi 62, fruit d’un débat de 10 ans sur les accommodements raisonnables, impose entre autres que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert.

Cela se traduit principalement par pas de burqa et de niqab, ces voiles intégraux imposés dans certaines interprétations de la religion musulmane.

Plusieurs qualifient la loi 62 de raciste ; ils y voient un geste attentatoire aux droits de certaines femmes à la liberté religieuse.

Justin Trudeau a même menacé hier de contester la loi devant les tribunaux afin de « protéger les Canadiens » qu’elle brimerait.

M. Couillard et son lieutenant, Jean-Marc Fournier, ont depuis quelques années pour slogan : « Être Québécois, c’est notre façon d’être Canadiens. »

En matière de neutralité religieuse, ce n’est pas le cas...

Du reste, Philippe Couillard a l’air de l’arroseur arrosé, ici. Lui qui a le réflexe de soupçonner ses adversaires et certains Québécois de racisme doit à son tour se débattre avec ce « compliment ».

Non pas pour une simple déclaration ambiguë, mais pour une loi que son gouvernement a fait adopter après des dizaines d’heures de débats.

Pas de modèle unique

Sur le fond, l’argument de la société distincte invoqué par Philippe Couillard se tient.

Il n’y a pas qu’un unique modèle de neutralité religieuse ou de laïcité. Plusieurs pays d’Europe, dont la France et la Belgique, ont banni le niqab et la burqa non seulement des services publics, comme au Québec, mais de tout l’espace public, au nom de la laïcité.

Et la Cour européenne des droits de l’homme a validé ces interdictions.

On comprend pourquoi. En plus de poser des problèmes fondamentaux de communications et de sécurité, le visage couvert est un affront au principe de l’égalité homme-femme.

Ici comme dans d’autres domaines, l’Assemblée nationale aura produit une sorte de synthèse entre des mesures européennes et nord-américaines.

Inapplicable

Par ailleurs, la loi 62 pose une série de problèmes.

Le premier, et ce n’est pas le moindre : elle ne semble pas applicable. Et peu semblent prêts à la faire appliquer d’ailleurs !

Les municipalités, Montréal et Denis Coderre en tête, ne veulent rien savoir ; les sociétés de transport en commun rechignent, comme les hôpitaux.

On en vient à se demander pourquoi le gouvernement, au lieu de sa formule des services à visage découvert, ne s’est pas rabattu sur ce que les oppositions lui suggéraient : appliquer la recommandation Bouchard-Taylor, soit interdire le port des signes religieux à certains agents de l’État : « Magistrats et procureurs de la Couronne, policiers, gardiens de prison, président et vice-présidents de l’Assemblée nationale. »

Mais le sujet est complexe, voire inextricable, je vous l’accorde. Même Bouchard et Taylor ne s’entendent plus sur cette recommandation phare de leur rapport de 2008 !

La citation de la semaine

« Pour Airbus, pas de coût, pas de risque. On a donné la maison pour sauver les meubles. »

– Jean-François Lisée, chef du Parti québécois