/opinion/columnists
Navigation

Le Canada fait la danse du bacon

Justin Trudeau
Photo Guillaume St-Pierre

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, selon The Rest Of Canada, la loi 62 sur la neutralité religieuse adoptée par l’Assemblée nationale (en fait, par les libéraux) serait une honte, une législation islamophobe et antiféministe.

Une chance que le PQ n’a pas réussi à faire adopter la Charte des valeurs de Bernard Drainville !

Les Ontariens nous auraient comparés à l’Allemagne nazie !

Sous le minimum syndical

Pourtant, la loi 62 est considérée par la majorité des Québécois comme le minimum syndical.

Même pas : une version sans saveur, sans odeur et sans couleur du minimum syndical...

En 2008, le cirque Bouchard-Taylor a monté son grand chapiteau aux quatre coins du Québec pour tenter de savoir comment l’État devrait encadrer les pratiques d’accommodements culturels.

Après avoir entendu des centaines de citoyens et d’organismes, les coprésidents se sont retranchés dans leur tour d’ivoire et ont formulé plusieurs recommandations au gouvernement.

Parmi celles-ci : interdire le port des signes religieux aux employés de l’État représentant l’autorité, c’est-à-dire les juges, les policiers, les gardiens de prison et les procureurs de la Couronne.

Or, la loi 62 ne va même pas jusque là !

C’est la version Kool-Aid du rapport Bouchard-Taylor !

Sans caféine, sans gluten, sans gras, sans sucre et sans dents !

Tout ce que la loi 62 fait est d’obliger à ce que les échanges de services se fassent à visage découvert...

Et ça serait raciste ? Intolérant ?

Certes, l’idée de voir un chauffeur d’autobus sortir de force une femme de son véhicule parce qu’elle porte un voile intégral n’est pas fantastique.

Surtout en pleine tempête de neige.

Mais il y a le principe de la loi, et il y a son application.

Actuellement, aucun chauffeur d’autobus ne veut se transformer en flic du vêtement.

On les comprend, ils ont autre chose à faire.

De là à dire que cette loi est honteuse...

Société distincte

« C’est la preuve que le Québec est une société différente », dit Philippe Couillard devant la réaction hystérique des Canadiens.

C’est un euphémisme.

En fait, cette levée de boucliers prouve que les Québécois et les Canadiens ne partagent pas la même conception de la nation ni de l’identité culturelle.

Pour les habitants du ROC, le Canada est un hôtel, un hall de gare, une auberge espagnole. Pour nous, le Québec est une nation avec une histoire, une culture, une identité et des valeurs spécifiques.

Pas du tout la même chose.

On ne parle pas ici d’une discorde sur la couleur du tapis ou la forme des rideaux, mais d’un désaccord profond sur les fondements mêmes de ce qu’est et de ce que devrait être un pays !

Ce n’est pas un petit détail...

Pour Justin, le concept de nation est dépassé, ringard, méprisable, voire dangereux.

Pour nous, c’est fondamental.

La charte à Trudeau

Si j’étais Jean-François Lisée, je sauterais sur l’occasion.

Car ce désaccord profond montre de façon claire et nette que le Québec et le Canada forment deux nations bien distinctes.

Deux nations qui se respectent, mais qui n’ont strictement rien à faire ensemble.

Si Justin veut ressusciter le mouvement souverainiste, il n’a qu’à encourager ses citoyens à utiliser la Charte canadienne pour contester la loi 62.

Bring it on, my friend...