/sports/hockey/canadien
Navigation

« Je ne sais pas de quoi vous me parlez »

Alex Galchenyuk ne commente pas les allégations de Mario Tremblay

Devils vs Canadiens
Photo martin chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Alex Galchenyuk aurait déjà eu recours au programme d’aide des joueurs de la LNH pour la consommation d’alcool ou de drogues, selon Mario Tremblay.

L’ancien entraîneur-chef et joueur du Tricolore a lancé cette phrase lourde de sens, lundi soir, lors d’une conversation avec Mario Langlois à l’émission Les amateurs de sports sur les ondes du 98,5.

« Je ne sais pas quelle mouche a piqué Galchenyuk, a dit Tremblay. Tout d’abord, on sait qu’il a eu des problèmes hors glace. On peut le mentionner qu’il a été dans deux cures de la LNH. Une ou deux, mais je pense que c’est deux. Alors il a eu des problèmes hors glace. C’est à lui de se ramener sur la bonne voie. Il n’y a personne d’autre qui fera le travail pour lui. »

Un programme confidentiel

Mis au parfum de la déclaration du Bleuet, le Canadien a refusé de confirmer ou d’infirmer cette histoire. Un responsable des communications de l’équipe a précisé qu’il avait averti Galchenyuk ainsi que Claude Julien et Marc Bergevin au sujet de cette affirmation.

Présent dans le vestiaire du CH après la rencontre, Galchenyuk est demeuré évasif lorsque questionné sur cette histoire.

« Je n’écoute pas la radio, j’écoute Spotify, a répliqué le numéro 27. Je ne sais pas de quoi vous me parlez. »

Selon la LNH, les joueurs qui ont recours à un programme d’aide ont le droit de le faire de façon confidentielle. Le joueur n’est pas dans l’obligation d’en informer l’équipe.

« L’un des points importants du programme est son anonymat. C’est ce qui encourage les joueurs à aller de l’avant et à demander de l’aide », a déclaré un membre de la direction du circuit dans un échange de courriel.

Une autre source approchée par Le Journal a soutenu que 10 % des joueurs du circuit Bettman ont adhéré à ce programme. Ce qui laisse présager que le problème de consommation est peut-être plus répandu qu’on ne le pense.

- Avec la collaboration de Jonathan Bernier