/finance/business
Navigation

Le Groupe V Média nie être à vendre

Le départ inattendu d'Éric Salvail pourrait porter un dur coup aux finances du Groupe V Média, déjà précaires.
Photo Agence QMI, SÉBASTIEN ST-JEAN Le départ inattendu d'Éric Salvail pourrait porter un dur coup aux finances du Groupe V Média, déjà précaires.

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe V Média nie éprouver actuellement des problèmes de rentabilité, alors que la vente de ses actifs est écartée malgré le départ inattendu de l’animateur vedette et producteur Éric Salvail.

« V n’est pas à vendre. Il n’y a pas d’impasse financière. On a confiance en nos investisseurs et nos clients. Le Groupe V ne repose pas sur un seul animateur et producteur », a indiqué, lundi, le porte-parole du Groupe V Média, Michaël Majeau.

Or, plusieurs sources ont confirmé au Journal que la famille Rémillard, propriétaire du Groupe V, aurait perdu patience récemment en cherchant à se départir de l’entreprise médiatique au cours des derniers mois.

Lucien Rémillard (le paternel) chercherait à récupérer ses investissements de plus de 20 millions $ dans l’entreprise, alors que ses fils Maxime et Julien souhaiteraient davantage se concentrer sur la production de contenu avec Remstar.

Des rencontres et des discussions avec certains acheteurs potentiels ont eu lieu, sans grand résultat toutefois.

La banque d’affaires de Londres présente à Montréal, Bank and Clients, aurait également eu des discussions avec un groupe d’acheteurs potentiels, dont Éric Salvail faisait partie il y a quelques mois. Les négociations n’ont jamais abouti.

Au cours de l’été, le Groupe V Média a même offert en « sous-traitance » son service des ventes à d’autres groupes médiatiques dans le but de couper certains coûts de production.

Départ qui fait mal

Il faut dire que la chute inattendue, la semaine dernière, de son animateur-vedette, Éric Salvail, et son départ rapide des ondes pourraient porter un dur coup aux finances du Groupe V Média, déjà précaires.

« Le départ d’Éric Salvail change la donne radicalement. C’était leur locomotive. Ce sont des millions de dollars de commandites qu’ils vont perdre. La valeur du Groupe V vient de tomber », a précisé une source bien au fait du dossier.

Cet automne, le talk-show quotidien En mode Salvail servait aussi de plateforme promotionnelle pour Occupation Double Bali, une autre propriété importante de l’antenne.

Or, jusqu’à présent, les cotes d’écoute d’Occupation Double Bali sont plus que décevantes.

L’émission attire la moitié moins de téléspectateurs attendus, soit environ 400 000 téléspectateurs en moyenne plutôt que les 800 000 prévus et vendus aux annonceurs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.