/opinion/columnists
Navigation

Requiem pour le NPD

Coup d'oeil sur cet article

Les résultats de l’élection partielle dans la circonscription Lac-Saint-Jean semblent donner raison au député néo-démocrate Pierre Nantel, avant qu’il ne se rétracte, lorsqu’il affirmait que Jagmeet Singh ne correspondait pas au profil attendu des politiciens par les Québécois. Passant de 28 % à 13 % dans les suffrages exprimés dans la circonscription, le NPD est relégué en quatrième position et son affaissement profite particulièrement aux libéraux.

Trouble dissociatif de l’identité

Plusieurs attribuèrent la déconfiture du NPD au Québec en 2015 à la valse-hésitation de Thomas Mulcair face à l’obligation du visage à découvert que voulait imposer Stephen Harper, pendant la prestation du serment de citoyenneté. Les causes de la débandade sont toutefois plus complexes et le recentrage plus à droite du parti a fait perdre plus de points à monsieur Mulcair que son trébuchage sur le niqab.

Bien que reconnu plus à gauche et qu’ayant tempéré son point de vue sur le projet de loi québécois sur la neutralité religieuse, Singh n’a pas réussi à préserver les acquis dans Lac-Saint-Jean. De son côté, Justin Trudeau se montre inflexible et ouvre la porte à un recours juridique contre cette loi québécoise sans en subir une quelconque égratignure alors que son parti a fait un bond de plus de 20 % dans les votes exprimés.

Un turban visible dérangerait-il plus qu’un propos intransigeant ?

Greffe fragile

La vague orange avait entraîné l’élection de 58 députés néo-démocrates au Québec en 2011, mais les effets ont été sérieusement dilués lors de l’élection de 2015 avec seulement 16 députés. Le faible pourcentage de voix recueillies par le député Guy Caron, lors de la course à la chefferie, fait ressortir le très faible ancrage du parti dans la province et présage d’une députation encore plus décimée.

Le charisme de Jack Layton avait fait des miracles, celui de Jagmeet Singh ne s’est pas révélé dans Lac-Saint-Jean.