/news/currentevents
Navigation

Blessé dans un accident: un adolescent dit qu’il aurait dû inciter son ami à lever le pied

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE – Guillaume Bergeron, 17 ans, remercie le ciel d'être encore en vie. Le 4 octobre dernier, l’adolescent a frôlé la mort alors qu'il prenait place, comme passager, dans la voiture d’un de ses amis. Ce soir-là, sans vraiment réfléchir aux conséquences, le conducteur d'une vingtaine d'années a décidé de tester les limites de son véhicule.

«Mon ami voulait vérifier la puissance de sa nouvelle voiture, une Infiniti G35. Nous avons fait une course avec une autre voiture sur le boulevard Saint-Joseph», a expliqué le jeune homme, encore émotif.

Un silence lourd de conséquences

Pendant la course, les deux voitures ont tourné à toute vitesse sur la rue Saint-Pierre. À quelques mètres seulement de l'intersection se trouvait un chantier routier.

«Nous roulions à toute vitesse et la peur m'empêchait de parler», a précisé Guillaume. C'est en voulant éviter les cônes orange que le conducteur aurait perdu une première fois la maîtrise de son véhicule.

«Je me rappelle que j'étais figé. Je me tenais très fort avec la portière. La voiture a dérapé une seconde fois et c'est là que nous sommes entrés de plein fouet sous la galerie d'un commerce».

Une vie bouleversée

Guillaume Bergeron travaillait à temps partiel. Il avait le désir de retourner sur les bancs d'école en janvier prochain. «Je ne peux plus travailler au moins pour les six prochains mois. Je suis cloué à ce fauteuil roulant. C'est très difficile alors que j'ai toujours été un gars qui aimait bouger. Toutes ces conséquences parce que je n'ai pas osé dire à mon ami d'arrêter de conduire à haute vitesse», a-t-il confié.

Aucune accusation criminelle

Ni la drogue ni l'alcool ne seraient en cause dans cet accident. Les versions du conducteur et de certains témoins n'auraient pu permettre aux enquêteurs jusqu'ici de déposer des accusations criminelles à l'endroit du conducteur.