/news/society
Navigation

Elle se sent «toute nue» sans niqab

En voyage au Maroc, Umm Layth craint d’être prise pour cible à son retour dans quelques semaines.
Photo courtoisie En voyage au Maroc, Umm Layth craint d’être prise pour cible à son retour dans quelques semaines.

Coup d'oeil sur cet article

« Pour moi, c’est trop », affirme une femme qui porte le niqab et se sent « toute nue » si elle a le visage découvert trop longtemps devant des inconnus, au point où elle songe à déménager.

« Ça commence à m’inquiéter », avoue Umm Layth, 26 ans, une mère de trois enfants qui porte le niqab depuis six ans. Née à Laval d’une mère italienne et d’un père français, elle s’est convertie à l’islam en 2009.

« Me découvrir le visage pour m’identifier, je n’ai aucun problème avec ça. Je le fais déjà, c’est presque un automatisme, que ce soit à la banque ou n’importe où », explique-t-elle.

Mais là où la loi 62 lui pose problème, c’est si elle doit laisser son visage à découvert pendant une longue période, comme lors d’une consultation médicale.

« Disons que je ne ferai pas de scandale [...] Je n’aurais pas le choix de m’y plier avec un énorme inconfort. J’aurais probablement le tic de me mettre les mains au visage. »

Pas de retour aux études

Elle souhaiterait un jour terminer ses études collégiales pour ensuite étudier en traduction, théologie ou histoire à l’université. « Mais ça devra être mis sur la glace si je ne peux pas assister aux cours avec mon visage couvert », déplore-t-elle.

« [Mon mari et moi], on a déjà envisagé de changer de province si ça devenait trop contraignant. »

Avant même l’adoption de la loi, elle avait cessé de prendre l’autobus, fatiguée des insultes lancées par des inconnus.

Aussi, un fonctionnaire l’a déjà obligée à garder son visage découvert pour toute la durée d’une rencontre lors d’un renouvellement de sa carte d’assurance maladie. « Je me sentais toute nue », avoue-t-elle.