/news/currentevents
Navigation

Lise Payette reconnaît avoir tenté de dissuader Léa Clermont-Dion

Lise Payette
Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier Lise Payette

Coup d'oeil sur cet article

Lise Payette, la toute première ministre de la Condition féminine du Québec, reconnaît avoir tenté de dissuader Léa Clermont-Dion de porter plainte, mais elle affirme que c’était pour protéger la jeune femme et non le présumé agresseur.

Dans les premières minutes suivant la publication du texte de Léa Clermont-Dion sur Facebook, Le Journal a contacté Mme Payette. Cette dernière n’était pas au courant de la dénonciation de la jeune femme dans laquelle elle affirme avoir été agressée en 2008 par l’ex-journaliste Michel Venne. La jeune femme a également écrit qu’en 2015, Mme Payette lui aurait dit qu’elle avait brisé la famille de M. Venne et qu’elle devait se rétracter sur les rumeurs d’agressions.

Elle aurait entrepris cette démarche auprès de la jeune femme afin d’aider Michel Venne à obtenir un poste au quotidien Le Devoir.

Mme Payette se souvient avoir conseillé Mme Clermont-Dion à ce sujet, mais ne se rappelle pas l’année de cette rencontre. Elle affirme que c’était sans doute «il y a plusieurs années». Outre cette contradiction entre ces deux versions, Mme Payette indique que ce n’est pas elle qui a contacté Mme Clermont-Dion pour la rencontre, et non l’inverse comme le prétend cette dernière.

Mme Clermont-Dion affirme que vous avez tenté de la dissuader de porter plainte, est-ce exact?

«Je lui avais conseillé, mais il faut se reporter à... il y a beaucoup d’années [...] et à cette époque elle était très jeune et mon conseil a été de lui faire réfléchir à ce que ça entraînait. On n’était pas du tout dans le mouvement dans lequel on est maintenant. Et j’avais peur pour elle que ça nuise à ses capacités de développement personnel. Je lui ai dit: “Regarde si tu t’en vas toute seule là-dedans en ce moment, il est possible que tu n’aies plus de travail jamais” et je lui avais fait remarquer ça.»

Est-ce que vous lui avez fait aussi remarquer qu’une plainte pouvait détruire la carrière de Michel Venne et causer du tort à sa famille?

«J’ai su que M. Venne avait des problèmes de famille, mais ça me regardait très peu, ça ne me regardait pas. Ce n’est pas ça qui m’intéressait. Je n’ai pas cherché à rencontrer personne. Léa est venue me voir pour demander conseil. Mon conseil a été: “Je pense que ce n’est pas le bon moment de faire ce genre de chose, tu vas te retrouver toute seule”. Voilà.»

Vous dites qu’elle se retrouverait seule, mais si elle s’est tournée vers vous... vous n’avez pas l’impression qu’au contraire il aurait fallu lui donner du soutien pour dénoncer l’agression?

«Je trouvais qu’elle était trop jeune et, à mon avis, incapable d’affronter ce qui pouvait arriver. Je ne savais pas ce qui pouvait arriver. On ne l’avait jamais vécu avant maintenant.»

Vous aviez peur qu’il se passe quoi?

«J’avais peur qu’elle se retrouve sans travail et avec des portes qui se fermeraient alors qu’elle avait des ambitions normales, elle voulait développer ce qu’elle savait faire, ce qui était tout à fait normal.»

Dans le contexte d’aujourd’hui, est-ce que vous lui donneriez le même conseil?

«Non. Aujourd’hui je lui dirais de s’appuyer sur les autres femmes. Mais ce qui est intéressant actuellement est l’appui des unes des autres. À cette époque, ça n’existait pas.»

On ne parle pas d’une époque lointaine...

«Je ne me souviens pas c’est arrivé à quel moment.»

Mais vous trouvez que la société et les médias sont durs avec les victimes?

«Pas actuellement, mais ça aurait pu arriver au moment où elle avait ce problème. Elle était isolée, il n’y en avait pas d’autres.»

Mais en lisant son texte, on comprend que votre réaction lui a fait de la peine et l’a peut-être même brisée...

«Mais elle était libre de faire ce qu’elle voulait. Je lui ai juste dit ce que j’en pensais. Elle pouvait décider par la suite de faire toute autre chose.»

Mais qu’une femme comme vous lui dise de ne pas porter plainte, c’est quand même fort...

«C’est un bon conseil d’une mère à sa fille. Je l’ai traitée comme si elle était ma fille en lui disant: “Ce n’est pas le moment de faire ça, tu vas te faire mal en même temps”. Actuellement les femmes s’entraident, mais à cette époque-là, non. Elle aurait été toute seule.»

Il aurait fallu qu’elle fasse quoi? Attendre de ne plus être «trop jeune» pour porter plainte?

«Elle pouvait parfaitement porter plainte. Moi je ne pouvais intervenir. Je pouvais juste lui dire: si tu portes plainte, voici ce que tu risques. Est-ce que tu veux faire ça ou non? Sa décision a été non. Ce n’est pas plus compliqué. Je ne change pas d’attitude. J’encourage les femmes aujourd’hui parce que nous sommes regroupées. Ça a pris du temps pour qu’on se décide, mais c’est fait.»

Mais le premier réflexe que vous avez eu n’a pas été de vous regrouper en étant avec elle, mais de lui dire: «Tu vas être toute seule, laisses faire.»

«Non, je vous arrête. Vous charriez. Je lui ai dit que si elle posait ce geste, il fallait qu’elle en assume les conséquences. Donc ce serait connu, elle s’exposerait à avoir des difficultés à trouver du travail. C’est là-dessus que j’ai insisté. C’est elle qui a pris la décision, ce n’est pas moi.»

Mais vous lui avez quand même conseillé de...

«Et alors? On ne va pas me reprocher de lui avoir conseillé de faire attention! Quand même. Je lui ai donné de l’information pour qu’elle puisse mesurer sa décision. Elle était libre. Mais moi je lui ai expliqué que ça pouvait avoir des conséquences sur son avenir et sur la façon dont elle allait être traitée par la suite.»