/finance
Navigation

La propriété étrangère des parcs éoliens n’inquiète pas Québec

Pierre Moreau
Photo Simon Clark Pierre Moreau

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, ne s’inquiète pas que la majorité des parcs éoliens au Québec soient de propriétés étrangères, comme l’avait dévoilé Le Journal il y a quelques semaines.

« Je ne dis pas que ce n’est pas important, c’est important, mais il faut aussi aller au-delà de ça, et voir en quoi les entreprises qui viennent d’ailleurs et qui s’établissent ici sont créatrices d’emplois et peuvent contribuer à l’économie du Québec », a-t-il fait savoir en marge de son discours à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, vendredi.

Aide financière

Le Journal avait révélé que de la quarantaine de sociétés qui ont obtenu de généreux contrats d’Hydro-Québec, plus d’une vingtaine ont leur actionnaire principal hors du Québec. L’an dernier, Hydro a dû débourser au moins 325 M$ pour se procurer de l’énergie éolienne à des entreprises privées dont le siège social n’est pas au Québec.

Pour le ministre, la propriété des éoliennes n’est pas le seul facteur à considérer. Selon lui, Québec doit favoriser la création d’emplois en aidant financièrement les entreprises installées ici. Rappelons que le secteur éolien emploie plus de 5000 personnes au Québec.

« Ce que l’on a comme idée pour la filière éolienne, c’est d’encourager ceux qui fabriquent ses composantes. Il y en a beaucoup ici. D’ailleurs, on a fait récemment une annonce avec LM Wind Power qui fait travailler des Gaspésiens », ajoute-t-il.

Pierre Moreau estime qu’en apportant une aide directe à l’entreprise danoise LM Wind Power, Québec lui permet de fabriquer des pièces d’éoliennes destinées au marché du sud des États-Unis.