/24m/transports
Navigation

Élection municipale à Montréal: des cyclistes déplorent un manque d'engagements

cycliste
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Des cyclistes montréalais déplorent que certains enjeux qu’ils jugent primordiaux aient été négligés au cours de la campagne municipale qui se termine dimanche.

Mercredi matin, une banderole géante sur laquelle on peut lire «Beaucoup de mots, peu d’action #Je vote vélo» a été installée sur un viaduc de la rue Saint-Denis, près de l'endroit où une cycliste a été happée mortellement par un camion-grue en avril 2014.

Trois ans plus tard, on demande encore aux cyclistes d’emprunter le trottoir lorsqu’ils circulent sous ce viaduc, déplore la porte-parole de Vélo fantôme Montréal, Gabrielle Anctil. Des mesures qui devaient être temporaires sont ainsi devenues «permanentes», s’indigne-t-elle.

Poids lourds

Selon Mme Anctil, la Ville de Montréal aurait dû appliquer rapidement des mesures encadrant la grosseur des camions et obligeant ces derniers à être munis de barres de protection latérales.

La Ville a d’ailleurs indiqué en septembre qu’elle comptait diminuer la présence de poids lourds dans certains quartiers et demander à ceux-ci d’avoir de meilleurs angles morts.

Par ailleurs, l’activiste propose la création d’un plus grand nombre de zones réservées aux cyclistes aux arrêts, une mesure qui serait peu coûteuse et efficace, selon elle. «Un peu de peinture au sol aurait pu sauver des vies», a-t-elle ajouté.

Rouler l’hiver

Depuis 2014, le nombre de pistes cyclables ouvertes à l’année a considérablement augmenté, passant de 260 km à plus de 430 km, soit 62 % du réseau cyclable montréalais.

Cependant, «les arrondissements font un peu ce qu’ils veulent», a déploré le porte-parole de la Coalition vélo de Montréal, Daniel Lambert. Ainsi, des cyclistes circulant sur une piste cyclable déneigée se retrouvent pris au dépourvu lorsqu’ils entrent dans un autre arrondissement où la voie cyclable est ensevelie sous la neige, illustre-t-il.

Celui qui réclame que les supports à vélo ne soient pas recouverts de neige en hiver déplore qu’aucun parti municipal «ne propose de solutions concrètes à ce problème».

Négocier

La piste cyclable du pont Jacques-Cartier, qui est actuellement fermée l’hiver, pourrait faire l’objet d’une ouverture permanente à partir de l’hiver 2018-2019, une fois que la société qui gère ce pont aura déniché un moyen sécuritaire de déneiger celle-ci.

Mike Muchnik, le porte-parole de l’Association des piétons et cyclistes du pont Jacques-Cartier, déplore que les élus municipaux ne s’engagent pas à offrir des alternatives aux cyclistes empruntant quotidiennement ce pont pour se rendre au travail, été comme hiver.

Le militant estime que la Ville de Montréal devrait négocier avec la Société de transport de Montréal (STM) afin que cette dernière permette aux cyclistes d’emprunter la ligne jaune du réseau du métro aux heures de pointe l’hiver. Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) pourrait quant à lui installer des supports à vélo sur ses autobus de la ligne 170, qui traversent le pont.

Quelques engagements de l’Équipe Denis Coderre pour Montréal

  • Créer 50 km de pistes cyclables par année
  • Aménager des pistes cyclables surélevées, à la mi-hauteur entre le trottoir et les véhicules
  • Peinturer 100 sas à vélo, soit des zones réservées aux cyclistes devant la ligne d’arrêt des automobiles

Quelques engagements de Projet Montréal

  • Créer, en quatre ans, 140 kilomètres de pistes cyclables sécurisées unidirectionnelles reliant les quartiers enclavés au centre-ville
  • Établir un partenariat avec les arrondissements quant au déneigement des pistes cyclables
  • Peinturer 20 sas à vélo par année