/misc
Navigation

Vote de confiance pour l’attaque des Carabins

Vote de confiance pour l’attaque des Carabins
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Malgré certains moments difficiles, les Carabins de l'Université de Montréal demeurent confiants envers leur attaque en vue du match de demi-finale de samedi face aux Stingers de l’Université de Concordia.

Les Carabins n’ont inscrit aucun point il y a deux semaines lors de leur passage à Québec pour y affronter le Rouge et Or de l’Université Laval. L’offensive des Bleus a également connu des lacunes lors de la victoire par le pointage de 27-17, la semaine dernière, face à l’Université McGill.

L’assistant entraîneur et coordonnateur offensif Marco Iadeluca reste néanmoins plutôt calme à l’approche du match sans lendemain.

«On a retrouvé un peu de notre lustre, mais on n’est pas encore satisfaits de la manière dont on a joué la semaine dernière face aux Redmen, a souligné Iadeluca. Je crois que cette année à l’attaque, nous avons été soit très bons ou soit très moyens. On a travaillé fort durant les dernières semaines sur des petits aspects du jeu qu’on voulait améliorer et ça paraît jusqu’à maintenant dans les entraînements. »

Effacer la cassette

L’attaque de Montréal avait connu encore plus de problèmes le 14 octobre face au Rouge et Or. La troupe de l'entraîneur-chef Danny Maciocia n’a su atteindre la zone des buts et s’est fait blanchir par le pointage de 22-0.

Le quart-arrière des Carabins Samuel Caron avait également connu un départ difficile en complétant que 11 de ses 23 tentatives de passe pour un faible total de 130 verges.

«C’était tout simplement un départ à oublier comme il arrive à tout le monde. On est très confiant avec Samuel (Caron) au poste de quart-arrière, a commenté Iadeluca. Il est le chef d’orchestre de notre attaque. On travaille tous ensemble depuis quelques semaines pour regagner notre confiance.»

Il y a longtemps

Le dernier affrontement entre l’Université de Montréal et celle de Concordia remonte au premier match de la saison. Les Carabins avaient facilement vaincu les Stingers par la marque de 37-19.

Dans le gain, Caron avait connu une bonne journée au boulot, récoltant trois passes de touché et 338 verges de gains par la voie des airs.

«On n’a pas affronté les Stingers depuis le 25 août dernier. On ne peut pas vraiment se fier au résultat, car ça fait extrêmement longtemps qu’on n’a pas disputé de partie face à ces derniers », a affirmé Iadeluca.

Les deux formations étaient censées croiser le fer de nouveau le 5 octobre dernier, mais la rencontre avait été annulée en raison d’un virus de gastro-entérite qui avait frappé une quinzaine de joueurs et entraîneurs des Carabins.

Le club montréalais bénéficiera également d’un avantage qu’il ne faut pas négliger pour le duel face aux Stingers, en jouant devant ses partisans.

«C’est plus facile pour l’attaque de jouer à domicile, car nous n’avons pas à gérer le bruit de la foule, a exprimé le coordonnateur offensif. On prend également beaucoup de fierté à protéger notre terrain local, notre maison.»