/finance
Navigation

Bonification du régime des rentes: «le plus grand changement depuis 1966» - dit le fiscaliste Luc Godbout

Luc Godbout
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Luc Godbout

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Il fallait absolument améliorer le régime public, a indiqué vendredi Luc Godbout, fiscaliste et professeur à l’Université de Sherbrooke, au lendemain de l’annonce de Québec d’une hausse des cotisations de retraite et d’une rente plus élevée pour les travailleurs.

Le ministre des Finances Carlos Leitao a déposé jeudi un projet de loi qui vise à réformer la Régie des rentes du Québec (RRQ).

«C’est le plus grand changement dans les régimes de retraite depuis 1966», a indiqué M. Godbout, en entrevue à LCN.

Lorsque la réforme sera complètement appliquée en 2025, un travailleur ayant un revenu annuel de 40 000 $ devra cotiser 400 $ de plus par année. Au moment de la retraite, sa rente sera bonifiée de 3300 $ par année. Son employeur devra aussi payer une cotisation additionnelle équivalente.

Les cotisations vont débuter à partir du 1er janvier 2019, a expliqué le fiscaliste, soulignant que ceux qui sont déjà à la retraite ne seront pas affectés par les changements.

Ceux qui sont à mi-carrière actuellement auront au final contribué la moitié du temps dans le système de base et l’autre dans le système bonifié.

Pour le professeur, il s’agit d’une «solidarité intergénérationnelle».

«Les enfants nés au 1er janvier 2000 seront les premiers bénéficiaires du régime pleinement bonifiés en 2065», a-t-il expliqué.

Ce changement était nécessaire parce que les régimes privés sont de moins en moins disponibles pour les jeunes travailleurs, a-t-il souligné.

Concrètement, le régime de base de la RRQ passera de 10,8 % à 12,8 % pour les premiers 55 300 $. Il y aura une cotisation supplémentaire de 8 % pour la tranche de salaire située entre 55 300 $ et 63 000 $.

«C’est la meilleure façon d’épargner [puisqu’]on divise les risques», a-t-il ajouté.

«Il y a deux régimes. Le régime de base qui est partiellement capitalisé [...] et le nouveau régime qui est entièrement capitalisé», a-t-il précisé, soulignant qu’on va recevoir une retraite en fonction de ce qu’on a payé.