/news/society
Navigation

L'héritage d'Expo 67

Avant Après
Photo courtoisie, Archives de la ville de Montréal, VM94-EX104-015
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Retour sur la Terre des Hommes

« T’as préféré quoi, toi ? – Ah, retourner dans le pavillon du Québec, c’était si beau... ! » En promenade aux îles en ce beau jour de mai 1968, un jeune couple se remémore les bons souvenirs de l’année précédente. Le succès fulgurant d’Expo 67 décide le maire Drapeau, un peu plus de six mois après sa fermeture le 29 octobre 1967, à faire du site une exposition permanente qui sera renommée Terre des Hommes. La Ville de Montréal rachète les installations d’Expo 67 à la Société fédérale qui en avait assuré la production et propose à plusieurs pays de conserver leur pavillon, qui aurait normalement dû être détruit à leurs frais. Certains pavillons reprennent des thématiques d’Expo, deviennent des salles de spectacles ou d’exposition. Celui de la Grande-Bretagne, par exemple, est repris par la Ville qui y peint son drapeau. La popularité du site s’essouffle cependant et il perd sa vocation en 1981.

Un pont entre nations

Terre des Hommes, c’était un microcosme de la planète humaine, géographique, culturelle, gustative! Cet univers, condensé sur deux îles, est tissé de passerelles, de canaux et de ponts. Les canaux ont été remblayés et la passerelle du Cosmos ne réunit plus les États-Unis et l’Union soviétique, mais le pont des îles permet toujours d’accéder au site via le centre-ville. Il a cependant perdu un peu de son panache depuis qu’on a retiré les câbles de tension qui le suspendaient. À l’origine un pont à haubans (le nom des câbles en question), il est aujourd’hui soutenu par des poutres en acier. Il n’est pas le seul à avoir souffert des outrages du temps : de nombreuses sculptures ont été déplacées et la Place des Nations se détériore d’année en année. On peut espérer, à la fin du 50e anniversaire d’Expo 67, en 2017, que les aménagements en cours sauront valoriser les traces d’un événement marquant de l’histoire de Montréal.

En avance sur son temps

On prend le Minirail ou l’Expo Express ? Attention à ne pas se tromper ! Les deux systèmes ne suivent pas le même circuit. Ce sont les deux modes de transport les plus utilisés sur le site, en plus du métro, de l’Expobus, de la Balade et d’autres véhicules comme le Vaporetto ou le Hovercraft ! L’Expo Express pouvait transporter 1000 passagers et on ne l’attendait guère plus de cinq minutes, en général. C’est un métro de surface avant-gardiste, le premier du genre en Amérique du Nord. Mais qu’a-t-il donc de particulier ? Il est entièrement automatisé ! De plus, contrairement au métro, l’Expo Express est climatisé ! Toujours active sur la Terre des Hommes en 1968, la ligne sera utilisée l’été, sur les îles, jusqu’en 1972. Plus rien ne reste aujourd’hui de ce train. Les plus perspicaces reconnaîtront cependant les traces des rails de l’Expo Express sur quelques tronçons de piste cyclable, à la Cité du Havre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.