/news/politics
Navigation

Son compte Twitter suspendu à cause de Coderre?

Kyle Ashley
Courtoisie Kyle Ashley est agent de stationnement à Toronto. Il soutient que son compte Twitter a été suspendu temporairement par sa direction après que cette dernière ait reçu un appel du cabinet du maire de Montréal, Denis Coderre.

Coup d'oeil sur cet article

Un agent de stationnement de Toronto soutient que son compte Twitter a été suspendu par sa direction après que celle-ci ait reçu un appel provenant du cabinet du maire de Montréal, Denis Coderre.

Kyle Ashley tweete régulièrement pour dénoncer les véhicules stationnés sur les pistes cyclables de Toronto. Il interagit aussi souvent sur les réseaux sociaux avec des membres de Dans ma piste, un regroupement de Montréalais qui milite pour des voies cyclables plus sécuritaires.

L'agent de stationnement avait fait les manchettes en juillet lorsque Postes Canada avait annoncé que ses employés ne se gareraient plus sur les pistes cyclables lors de leurs livraisons à la suite des revendications de M. Ashley.

Vendredi, la police de Toronto a suspendu temporairement le compte Twitter de l’agent, affirmant au Toronto Star devoir enquêter sur la « pertinence » de certains de ses tweets à la suite de « plusieurs » plaintes.

Kyle Ashley raconte que deux de ses patrons se sont présentés chez lui ce jour-là pour lui demander de leur fournir son mot de passe sur Twitter. Comme il a refusé, son compte a été suspendu.

Il affirme qu’un de ses patrons a évoqué une communication provenant du cabinet de Denis Coderre.

Deuxième fois

« Déjà en septembre, j’ai été appelé par un de mes patrons, qui me disait qu’il avait lui-même reçu un appel d’un haut fonctionnaire de la Ville de Montréal, lui demandant que j’arrête d’interagir avec des gens de Montréal [sur les réseaux sociaux] », a expliqué M. Ashley au Journal, en précisant qu’il parlait à titre de citoyen, et non de policier.

La veille de la suspension de son compte, l’homme de 29 ans aurait identifié le maire Coderre sur Twitter, en écrivant que ce dernier obtiendrait plus de votes s’il protégeait les plus vulnérables.

L’attachée de presse de Denis Coderre, Noémie Brière-Marquez, a nié que des communications aient eu lieu entre le cabinet du maire et la police de Toronto.

Mark Pugash, porte-parole de la police de Toronto, a dit ne pas vouloir discuter « de la nature ou de l’origine des commentaires reçus ».