/news/currentevents
Navigation

Une enseignante coupable de contact sexuel sur un élève en Ontario

Coup d'oeil sur cet article

MISSISSAUGA | Une enseignante de 28 ans d’une école primaire de Mississauga, en Ontario, a été reconnue coupable de contact sexuel envers un élève.

Amanda Perreault a été reconnue coupable de contact sexuel par la juge Katherine McLeod et condamnée à une peine de 90 jours de prison discontinus.

Elle a également écopé d’une période de probation de 12 mois et devra obligatoirement s’inscrire au registre des délinquants sexuels pour une période de dix ans.

Sa condamnation a provoqué une onde de choc dans le quartier où se situe l’école. «C’est complètement dégoûtant. Ça m’inquiète parce que tu as confiance en ces gens-là pour s’occuper de tes enfants», a confié une mère de famille au Hamilton Spectator.

Accusation

En plus de l’accusation de contact sexuel, l’enseignante avait comparu au palais de justice de Brampton en juin 2016 pour faire face à des accusations d’agression sexuelle, de leurre, d’incitation à des contacts sexuels et d'avoir rendu accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite. Ces chefs d’accusation n’ont cependant pas été retenus lors de sa condamnation.

Amanda Perreault avait été engagée comme enseignante occasionnelle en 2009 par le Centre d’enseignement global catholique St. James, fréquenté par des élèves de la maternelle jusqu’à la deuxième année du secondaire.

Elle avait commencé à enseigner à des classes de 2e et 3e année à partir de l’année scolaire 2014-2015.