/sports/hockey/canadien
Navigation

Vers une saison record

Le Canadien tire environ 38 fois par match au but adverse.
Photo Usa Today Le Canadien tire environ 38 fois par match au but adverse.

Coup d'oeil sur cet article

On a franchi la marque des 200 matchs disputés dans la LNH au cours de la fin de semaine et pour la première fois depuis longtemps, on sent que les gardiens n’ont jamais été aussi occupés.

Dans les faits, jamais les gardiens n’ont vu autant de rondelles dirigées vers eux dans un match. Dans un document obtenu de la LNH, on y découvre que les gardiens font face à 32 tirs en moyenne par rencontre, une hausse de deux par rapport à la saison dernière.

Résultat : il n’y a jamais eu autant de buts marqués par match depuis la saison 2005-2006, alors que la LNH avait modifié de façon significative ses règles. Comment expliquer une telle hausse ? Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures.

UN FLÉAU QUI A DISPARU

Après le lock-out de 2004-2005, les dirigeants de la LNH ont mis fin à l’accrochage, à l’obstruction et aux coups de bâtons au niveau des mains.

Mais au cours des années, les arbitres sont devenus un peu plus permissifs pour les coups de bâton dans la région des mains, qui étaient seulement punis lorsque le geste était violent.

Plus maintenant. Depuis le début de la saison, il y a une hausse de 340 % des punitions pour avoir donné un coup de bâton à l’adversaire, et cela par rapport à la saison dernière.

Le fait que cette règle soit maintenant appliquée à la lettre est grandement responsable de la hausse des buts dans la LNH, selon la majorité des dirigeants de la LNH.

Il y a maintenant 6,20 buts qui se marquent par rencontre, comparativement à 5,5 par rapport à la même période l’an dernier.

Il y a déjà 16 tours du chapeau, ce qui est du jamais vu depuis plus de 20 ans.

Les joueurs ont été forcés de s’ajuster et on a maintenant plus d’espace sur la glace, selon l’entraîneur-chef des Jets, Paul Maurice.

« Auparavant, lorsqu’un joueur tentait de déborder un défenseur, il recevait automatiquement un coup de bâton sur les mains, parce qu’on enseignait aux joueurs à travailler de cette façon pour enlever la rondelle à l’adversaire, souligne Maurice qui en est à sa vingtième saison dans la LNH. Même chose lorsqu’un joueur frappait le porteur du disque. Ce dernier recevait un coup de bâton sur les mains avant de se faire frapper. Le fait que les joueurs n’ont plus le droit d’agir de la sorte a un impact majeur. »

Aussi étrange que cela puisse paraître, les Jets représentent la formation qui lance le moins en moyenne par match dans la ligue avec 28 tirs sur le gardien adverse.

« On devra s’adapter, dit Maurice, parce que lorsque je regarde le Canadien qui a près de 38 lancers par match, ça veut dire qu’ils passent beaucoup de temps en zone adverse. Trente-huit c’est un chiffre complètement ridicule, en passant, si on compare avec les statistiques de la ligue il y a 5 ans. C’est toutefois une bonne nouvelle pour les porteurs du disque, qui n’ont plus à craindre de perdre un doigt en raison d’un coup de bâton. »

CHANGEMENTS DANS LA STRATÉGIE

Un autre changement se retrouve aussi dans la stratégie des entraîneurs, qui demandent aux attaquants et aux défenseurs de lancer au filet le plus souvent possible, particulièrement autour du filet.

Les lancers viennent de toutes les directions avec l’objectif que la rondelle dévie sur un joueur et se retrouve dans le fond du filet.

Cette stratégie a longtemps été utilisée par Guy Boucher et elle est maintenant de plus en plus copiée.

Là encore, les gardiens sont plus vulnérables et ceci explique aussi pourquoi le pourcentage d’efficacité sur les tirs est maintenant de ,909 %.

La dernière fois que les gardiens ont eu un pourcentage d’efficacité sur les tirs aussi bas, c’était en 2008-2009.

Souhaitons maintenant que les arbitres vont continuer d’appliquer les règlements à la lettre, parce que personne ne se plaint de la hausse fulgurante de buts.

Sur la bonne voie

Le premier choix du Canadien au dernier repêchage, Ryan Poehling, connaît un début de saison exceptionnel avec la formation de St. Cloud State, comme le mentionnait le collègue Jean-François Chaumont cette semaine. Ce qui impressionne la direction de CH, c’est qu’il a déjà ajouté 15 livres à sa charpente, lui qui en pesait 185 lorsqu’il a été repêché en juin. Le joueur de centre de 6 pi 2 po a amassé 10 points, dont trois buts, en sept matchs. Poehling a toujours affirmé qu’il tenait à passer le plus de temps possible au niveau universitaire afin de prendre plus de maturité ; reste qu’il sera intéressant de voir s’il décidera de faire le saut au niveau professionnel la saison prochaine. Il ne faut évidemment pas brûler les étapes, mais on a l’impression qu’il pourrait avoir une carrière prometteuse dans la LNH.

Dorion persistant

Lorsque Joe Sakic a affirmé au repêchage en juin que Matt Duchene n’allait pas être échangé, le directeur général des Sénateurs, n’a pas abandonné. Avec Kyle Turris qui n’était pas prêt à accepter une prolongation de contrat de 5 ans (au lieu de 6 qu’il a obtenu avec les Predators dimanche) Pierre Dorion s’est rapidement mis au travail pour trouver une équipe qui était prête à faire une transaction avec lui et l’Avalanche. Il ne faut pas oublier que Pierre Dorion s’est débarrassé aussi du gardien Andrew Hammond dans la transaction d’hier. Maintenant Matt Duchene affrontera son ancienne formation vendredi et samedi... en Suède !

UNE BLESSURE BÉNÉFIQUE ?

Depuis que le Canadien a annoncé vendredi que Carey Price était blessé au bas du corps, plusieurs personnes ont avancé que la blessure arrivait à un bon moment pour lui permettre de prendre une pause. Ce n’est pas vraiment ce que pense la direction de l’équipe. Au contraire, on souhaiterait beaucoup plus que Carey Price soit sur la patinoire afin d’améliorer sa technique présentement. Il faut appeler un chat un chat : jamais les dirigeants de CH ne s’attendaient à un début de saison aussi difficile pour Carey Price, qui est l’ombre de lui-même. Mais la saison est encore jeune et, qui sait, peut-être qu’un repos mental est ce qui va relancer celui qui était considéré, il y a encore quelques semaines, comme le meilleur gardien du monde.