/news/currentevents
Navigation

Lac-Mégantic: Tom Harding s’était confié à un chauffeur de taxi

La locomotive perdait de l’huile quelques minutes avant de prendre feu

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Le conducteur Tom Harding s’est confié à un chauffeur de taxi sur le mauvais état de sa locomotive avant que celle-ci ne dévale une pente et n’explose à Lac-Mégantic.

Le 5 juillet 2013 en soirée, Tom Harding a garé son convoi de pétrole à Nantes, en Estrie, à moins de 15 km de Lac-Mégantic.

Il y avait beaucoup d’huile qui s’échappait de la locomotive de tête et un nuage de boucane s’échappait, ce qui a inquiété le chauffeur de taxi André Turcotte, qui était venu le chercher.

La fuite d’huile était à ce point importante que le pare-brise du taxi est devenu huileux. M. Turcotte craignait que la route ne devienne glissante, a-t-il raconté mardi au procès de Harding, au palais de justice de Sherbrooke.

Lorsque Harding est monté à bord du taxi, il était couvert de picots d’huile et M. Turcotte l’a questionné.

« La compagnie m’a dit de laisser rouler l’engin. Si le niveau d’huile devient trop bas, l’engin va arrêter. Je devrais peut-être appeler du côté américain, car ils sont plus pesants. Peut-être qu’ils me diraient de fermer l’engin », lui aurait dit Tom Harding d’un ton calme. Le conducteur du train est accusé avec deux autres ex-employés de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA), Jean Demaître et Richard Labrie, de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes lorsque le convoi a explosé dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic.

Tom Harding, Accusé
Photo Caroline Lepage
Tom Harding, Accusé

 

Il devait se rendre

Selon le témoignage d’André Turcotte, Harding aurait informé ses patrons des problèmes mécaniques. « Il m’a dit qu’il y avait un engin qui travaillait fort sur le chemin et que la compagnie lui a dit de se rendre pareil », a-t-il rapporté, mardi.

Durant le trajet, M. Turcotte, qui est un ancien policier de la Sûreté du Québec, a interrogé son client sur les risques que sa locomotive pourrait causer à l’environnement.

« M. Demaître est parent avec des gens de l’environnement. On se fait jamais checker les locomotives, fuck all », lui aurait confié Harding.

Lorsqu’il l’a déposé à l’auberge où il passait la nuit, M. Turcotte lui a offert de revenir le chercher si jamais il devait retourner au train. L’accusé ne l’a jamais appelé.

André Turcotte, Chauffeur de taxi
Photo Caroline Lepage
André Turcotte, Chauffeur de taxi

 

Incendie

Vers 23 h 25, Claude Vallée circulait vers Nantes lorsqu’il a vu la locomotive de tête d’un train de pétrole en feu en bordure de la route 161. Des flammes d’environ six pieds de hauteur sortaient de la cheminée. L’automobiliste a crié, mais personne ne lui répondait.

« Le moteur fonctionnait. Il y avait des push comme si de l’air s’échappait », a-t-il relaté aux membres du jury.

Il a appelé le 911 et il a filmé l’incendie jusqu’à l’arrivée des pompiers. « On nous a demandé de quitter les lieux parce que ça pouvait être dangereux », a-t-il témoigné.

La semaine dernière : l’inspecteur de Transport Canada Alain Richer a dit que la MMA se contentait souvent de la note de passage.

Mercredi : le contre-interrogatoire de l’officier pompier David Grégoire, qui est intervenu au feu de locomotive à Nantes.

La MMA félicite le chef pompier avant l’explosion

Avant que le train n’explose à Lac-Mégantic, le 6 juillet 2013,  la locomotive de tête du convoi pétrolier avait pris feu. Claude Vallée, un passant, a filmé la scène à Nantes et l’intervention des pompiers après avoir appelé le 911.
captures d’écran
Avant que le train n’explose à Lac-Mégantic, le 6 juillet 2013, la locomotive de tête du convoi pétrolier avait pris feu. Claude Vallée, un passant, a filmé la scène à Nantes et l’intervention des pompiers après avoir appelé le 911.

 

SHERBROOKE | Le chef pompier de Nantes venait de recevoir des félicitations de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) pour son intervention auprès de la locomotive en feu quand il a été rappelé pour l’explosion catastrophique du même train transportant du pétrole, à Lac-Mégantic.

Les pompiers de Nantes ont tenté d’utiliser de l’eau, puis de la mousse pour éteindre le feu qui s’était attaqué à la locomotive de tête, peu avant minuit, le 5 juillet 2013.

Les flammes propulsées par la cheminée étaient si puissantes que rien n’en venait à bout.

Arrêter le feu

« Le seul moyen était d’arrêter le feu à la source, donc d’arrêter la locomotive », a expliqué David Grégoire, qui agissait comme officier pompier.

Son équipe a localisé le bouton d’urgence spécialement conçu pour éteindre le moteur de la locomotive. Quand un pompier a appuyé sur le bouton, le moteur a cessé de fonctionner.

« On a vu le feu arrêter », a-t-il poursuivi.

M. Grégoire a ensuite parlé à Daniel Aubé, de la MMA, pour l’informer de la situation et lui demander d’envoyer un représentant.

Une inspection de la scène a permis au pompier en chef de constater que les disjoncteurs à l’intérieur de la locomotive avaient été fermés.

Tout était parfait

Quand Jean-Noël Busque de la MMA s’est présenté sur les lieux, il a reçu tous les détails de l’intervention des pompiers et les a transmis à un responsable.

« Tout ce qu’on avait fait était parfait. Il nous félicitait », a dit M. Grégoire.

Durant l’intervention, l’officier pompier ignorait que le convoi transportait du pétrole brut. Il s’agissait de sa première intervention auprès d’un train qui comportait des matières dangereuses.

Quand il a quitté la scène d’incendie à Nantes, M. Grégoire croyait que la situation était contrôlée.

Il a toutefois été rappelé 45 minutes plus tard pour intervenir auprès du même convoi, qui venait de dérailler et d’exploser au centre-ville de Lac-Mégantic.