/news/society
Navigation

Une entreprise se tourne vers la réalité virtuelle

Coup d'oeil sur cet article

Une entreprise de formation en santé-sécurité au travail se tourne vers la réalité virtuelle pour rendre ses cours interactifs et immersifs, ce qui serait une première au Québec.

«On vient mettre les gens au cœur d’une situation très concrète où ils doivent réagir rapidement et utiliser ce qu’on leur a appris dans les cours théoriques. On veut rendre l’apprentissage plus intéressant en amenant un vent de fraicheur dans le domaine», lance Maxime St-Jean, président-directeur général de l’entreprise Santinel, qui lance aujourd’hui son concept.

En enfilant un casque de réalité virtuelle et en utilisant des manettes, les employés en formation sont plongés dans un univers bien réaliste. Ils doivent par exemple affronter un incendie qui se déclare dans leur milieu de travail. Dans un autre scène, ils se retrouvent sur les lieux d’un accident de la route, au beau milieu de la nuit.

«On a plusieurs scénarios différents selon à qui la formation s’adresse. On peut observer leurs réflexes, voir s’ils ont bien retenu les leçons et corriger au besoin, explique M. St-Jean. S’ils doivent affronter la même situation dans la vraie vie, l’expérience virtuelle sera très utile parce qu’ils vont s’en rappeler».

«On se rendait compte que les gens avaient de la difficulté à tout retenir ce qui était dit dans la théorie, on a voulu trouver une solution et le virtuel s’est imposé rapidement», poursuit-il.

Partenariat

Le projet a été mis sur pied avec Connexence, une entreprise de Québec spécialisée dans l’apprentissage informatique.

«Nous avons été en quelque sorte les architectes qui ont bâti le monde virtuel de façon à ce que l’exercice pratique soit très réaliste», précise Sam Roy, président de Connexence.

Le partenariat entre les deux entreprises devrait mener à la conception de nouveaux scénarios au cours des 5 prochaines années.

Accessibilité

«On commence tout juste à développer ce créneau. Il faut nous donner du temps pour que chaque situation ait sa simulation adaptée. La réponse des entreprises face à cette nouveauté va influencer ce qui va être créé dans les mois à venir», prévient Maxime St-Jean, ajoutant que les scénarios pourraient même être personnalisés selon les demandes des compagnies.

«C’est la première fois qu’on rend accessible ce type de technologie aux entreprises, se réjouit de son côté François Courtemanche, chargé de projet pour Santinel. Ce n’est que le début, mais on prévoit que la réalité virtuelle va transformer la façon de former les gens.»

Santinel forme environ 55 000 personnes par année avec plusieurs types de cours et espère un jour que la totalité de ses formations soit accompagnée par un enseignement virtuel.

Le logiciel est mis en démonstration à l’occasion du Grand Rendez-vous, le plus grand salon en santé et sécurité au travail de la province, se déroulant aujourd’hui et demain au Palais des Congrès de Montréal.