/finance/business
Navigation

Une start-up québécoise conseillera un important fonds coréen

Element AI aidera entre autres les Coréens à développer des véhicules autonomes

Bloc Element AI
Photo Facebook Bloc Element AI

Coup d'oeil sur cet article

La start-up Element AI, cofondée par Yoshua Bengio, directeur scientifique de l’Institut de valorisation des données (IVADO) créé grâce à une subvention de 93,5 millions $ d’Ottawa, va aider un fonds coréen dont Hyundai fait partie à développer des véhicules autonomes, rapporte The Globe and Mail.

Elément AI, également cofondée par Jean-François Gagné, Nicolas Chapados et Real Ventures, a obtenu un financement record de 137,5 millions $ l’été dernier, comprenant un investissement de la Banque de développement du Canada.

Pas un sou

Elément AI n’investira toutefois pas un sou dans l’important fonds d'investissement coréen composé de Element investor Hanwha, SK Telecom et Hyundai, toujours selon The Globe and Mail.

Son rôle sera plutôt de conseiller le fonds pour qu’il puisse à son tour miser sur les bonnes entreprises capables de mettre au monde des applications commerciales touchant notamment aux véhicules autonomes, robots de maison et drones

Battre les géants

Jean-François Gagné a dit au Journal qu’Element AI a tout ce dont elle avait besoin pour dépasser les géants du web, il y a quelque mois lors du Startupfest.

L’intérêt du grand fonds d’investissements asiatique pour sa start-up semble lui donner raison. Element AI espère aussi attirer les talents de Toronto vers Montréal pour poursuivre sa croissance prochainement.

Réputé mondialement

Rappelons qu’au mois de juillet dernier, le magazine américain Fortune a encensé le Québec pour sa pépinière de talents en intelligence artificielle.

Google Brain, dirigé par le Québécois Hugo Larochelle, et l’Institut des algorithmes des apprentissages profonds (MILA), dirigé par Yoshua Bengio, ont fait connaître la métropole du Québec au reste de la planète.

Microsoft, Amazon et Facebook font aussi partie du paysage montréalais. Selon la Maison Notman, ces sept dernières années, près de 200 start-ups ont le levé près de 400 millions $.

Les retombées économiques du secteur ont franchi quant à elles le cap du milliard $.