/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyClaude LangloisMathieu Turbide

Les cinq meilleurs «Vins Nouveaux» de 2017

Coup d'oeil sur cet article

Qui dit troisième jeudi de novembre dit, évidemment, fête du Beaujolais nouveau ! Même si l’événement n’est plus que l’ombre de ce qu’il a été, j’y trouve encore quelque chose d’attachant. D’excitant, aussi, dans l’idée de goûter les premiers vins du millésime européen.

La tradition remonte au 19e siècle.

À l’époque, les restaurateurs de Lyon et de Paris achetaient « sous ­pressoir » les jus en fin de fermentation des producteurs du beaujolais. On dit même que le vin terminait sa ­fermentation durant le transport, ce qui permettait de le protéger. On doit surtout la popularité ­internationale du beaujolais nouveau au négociant Georges Dubœuf, qui a ­transformé ­l’événement en une formidable vitrine commerciale.

Jouer du tire-bouchon

La culture du vin au Québec n’est évidemment plus celle qui prévalait en 2000, sommet des sommets du vin nouveau. On voyait se dessiner des files d’attente­­­ dans toutes les succur­sales de la SAQ, tôt le matin. On célébrait les vins nouveaux dans les restos, les bars avec plusieurs dizaines de fêtes populaires afin de souligner l’événement. Aujourd’hui, pas besoin du beaujolais nouveau comme prétexte pour jouer du tire-bouchon. Surtout un jeudi...

La SAQ propose ­néanmoins 11 produits cette année, la ­plupart de France. Il faut garder en tête que ce sont des vins à peine ­terminés, donc ­souvent ­approximatifs, mais aussi sans ­prétention. Quand c’est bien fait, ça peut être très agréable, parfois même jouissif ! Tous dégustés à l’aveugle, voici selon moi les cinq meilleurs à essayer.

Buvez moins.

Buvez mieux.

Sangiovese Novello 2017

  • ★★ | $
Photo courtoisie

Botter, Rubicon : C’est l’un des moins chers, mais pas nécessairement l’un des moins bons. Au contraire ! Par la maison qui nous donne les fameuses bouteilles de Botero en format d’un litre, ce sangiovese novello est tout à fait respectable. C’est bonbon, un peu décousu, mais au fruité frais avec un bel éclat en finale. Classique, ça se laisse boire sans détour. Servir frais, autour de 12 degrés.

11,5 % Italie | Vin rouge | 11,95 $ | n.d. g/l

CODE SAQ : 10479166

Gamay Nouveau 2017

  • ★★ | $ 
Photo courtoisie

Stéphane Aviron : Couleur très pâle encore cette année. Parfums faciles de fraise avec une touche de ronce – impression végétale. D’assez bon volume, avec une acidité haute tout en restant harmonieux et agréable. Profil nature que j’aime bien, tout en sachant que c’est le genre de vin qui ne plaît pas à tout le monde. Passer en carafe 15-30 minutes. Servir assez frais, autour de 13-14 degrés.

13 % France | Vin rouge | 13,30 $ | n.d. g/l

CODE SAQ : 12846880

Terres Dorées Beaujolais ­Nouveau 2017

  • ★★ ½ | $$
Photo courtoisie

Jean Paul Brun : Nettement plus convaincant que l’an dernier. Nez accrocheur par ses tonalités de coulis de fruits rouges et de violette. Bouche bien définie et montrant un fruité éclatant. Beaucoup de fraîcheur, une touche de verdeur en finale qui apporte un peu de dureté, mais ça demeure gouleyant et très agréable. Servir autour de 14-15 degrés.

12,5 % France | Vin rouge | 18,65 $ | n.d. g/l

CODE SAQ : 11923994

Les griottes Gamay Nouveau 2017

  • ★★ ½ | $$
Photo courtoisie

Pierre-Marie Chermette : Le nez s’emballe sur des notes de fraises, de fleurs mauves, de poivre et une pointe de cannelle. En bouche, on sent un fruité croquant, devenant presque juteux dans sa manière de gommer la rusticité agréable des tanins alors que l’acidité paraît fine et bien intégrée. Le vin a du volume, montre une belle allonge en finale et laisse entrevoir des saveurs de cerise. Impossible de résister ! Servir autour de 14-15 degrés.

13 % France | Vin rouge | 18,30 $ | n.d. g/l

CODE SAQ : 12846986

Gamay Nouveau 2017

  • ★★★ | $$
Photo courtoisie

Damien Coquelet : C’est, encore cette année, le vin que j’ai préféré. Un style plutôt « champ gauche », c’est-à-dire « nature ». Cœurs sensibles, soyez prévenus ! Un peu de réduction à l’ouverture (notes moins agréables de plastique et d’allumette), mais ça disparaît avec un peu d’aération, pour laisser place à des parfums de bonne intensité (fraise mûre, réglisse, praline). C’est ample en bouche. On sent un fruité croquant, ce qui rend le vin gouleyant. Indice de picolabilité élevé ! Carafe 15-30 minutes. Servir autour de 14-15 degrés.

12,5 % France | Vin rouge | 19,65 $ | 2,1

CODE SAQ : 12846901


Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: vaut largement son prix.

Autant d’étoiles que de dollars: vaut son prix.

Moins d’étoiles que de dollars: le vin est cher.

www.saq.com