/opinion/columnists
Navigation

Ne grondez pas les petits enfants

ART- ET AU PIRE, ON SE MARIERA
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Gilbert Sicotte

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, les enseignants doivent désormais faire gaffe. En fait, ils ont intérêt à ne pas gronder un jeune mal élevé, à taire des remarques désobligeantes sur la paresse d’un élève flemmard et à mettre en toutes circonstances des gants blancs pour s’adresser aux étudiants de la génération enfants-rois.

Gilbert Sicotte vient de payer le prix de sa compétence fougueuse et de sa passion d’amener les futurs acteurs à un dépassement d’eux-mêmes. Il ne pratique pas la langue de bois devant des cancres qui veulent qu’on les cajole et leur dise qu’ils sont géniaux. Ils se considèrent comme le nombril du monde même si leur cordon ombilical n’est pas encore séché.

Il fallait s’attendre à un dérapage, dont Gilbert Sicotte est aujourd’hui la victime expiatoire. Ma consœur Sophie­­­ Durocher parlait hier de chasse aux sorcières. Dénoncé dans un long reportage télé à Radio-Canada­­­ par un groupe d’étudiants du Conservatoire d’art dramatique de Montréal pour ses manières d’enseigner, le célèbre acteur a été suspendu.

Dénonciations

Ce n’est pas d’hier que l’on dénonce des enseignants compétents à la personnalité forte, qui traitent leurs élèves avec maturité et non comme de petits êtres fragiles à flatter dans le sens du poil.

Trop de Québécois considèrent comme injuste et socialement inacceptable l’évaluation des élèves. La preuve en est que l’abaissement des notes de passage se poursuit depuis des années. Certains prônent même l’abolition des bulletins.

Gilbert Sicotte, emporté par la fougue de son art, semble plus exigeant qu’une partie de ses collègues. Il pratique à sa manière, peut-être rugueuse, l’art si cher à Socrate d’accoucher­­­ les esprits.

Malheureusement pour lui, enseigner est devenu périlleux. Car non seulement les jeunes peuvent dénoncer leur professeur, mais les parents, selon le principe que le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre, sont prompts de nos jours à foncer à l’école pour exiger des explications, voire des sanctions contre ceux qui malmènent leurs rejetons paresseux, impolis et agressifs.

Délation

La dénonciation de conduites sexuelles inacceptables à travers le mouvement actuel de victimes trop longtemps silencieuses entraîne de plus en plus de délations de tous genres. Cela est inévitable puisque l’envie, le ressentiment, la cruauté des faibles et la vengeance, ces émotions tristes chez l’être humain, se dévoilent dans le sillage du phénomène actuel.

Nous ne sommes pas dans le même cas de figure avec Gilbert Sicotte. Il faut plutôt constater que Big Brother étend son bras pour museler la pensée, pour aseptiser les libres-penseurs­­­ et casser les enseignants avides de pousser leurs étudiants dans leurs derniers retranchements, aux limites de leur propre dépassement. Former des artistes ne se fait pas dans la ouate, mais dans l’inconfort, la frustration et l’échec momen­tané, et parfois dans des cris qui viennent du cœur et non d’un désir pervers.

Le jour où il n’y aura plus de Gilbert Sicotte, tout le monde sera beau et gentil et parlera sur le ton des voix délavées et inhumaines de nos GPS et autres robots « intelligents ».