/sports/hockey/canadien
Navigation

C’est déjà fichu pour le Canadien

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien doit maintenir un dossier de ,631 d’ici à la fin de la saison pour souhaiter participer aux séries. Aussi bien dire que c’est fichu. Quand on pense que l’Action de grâce américaine n’est même pas encore passée.

Malgré son début de saison atroce, le pire depuis 1941, le Tricolore aurait pu raviver les espoirs s’il avait su profiter du séjour de six matchs à domicile qu’il a terminé samedi par une humiliante défaite de 6 à 0 aux mains des Maple Leafs de Toronto.

Quoi de plus embarrassant que d’être vaincu à plate couture, face à l’ennemi juré, dans sa propre forteresse, à la télé nationale, dans ce qui se veut un match célébrant le 100e anniversaire de la création de la LNH?

Ce qu’il y a de pire, c’est que ce revers suivait une performance tout aussi inacceptable ayant vu le Canadien s’incliner devant la plus médiocre formation du circuit Bettman, les Coyotes de l’Arizona.

Ces deux rencontres ont ramené à l’avant-plan la principale carence du Tricolore depuis le début de la saison: son jeu défensif. Onze fois déjà, en 21 matchs, le Canadien a accordé quatre buts ou plus à l’adversaire. Pas surprenant qu’il pointe au 29e rang des formations les plus généreuses avec une moyenne de 3,52 buts accordés par rencontre.

Quelques soubresauts

Ce premier quart de saison n’a pas donné beaucoup de moments de bonheur aux partisans du Tricolore. Charlie Lindgren, venu en relève à Carey Price, a excité le poil des jambes de bien du monde lors de ses cinq premiers départs. Mais le tout s’est gâché lors des deux derniers.

Néanmoins, il fut l’un des artisans des soubresauts qu’a connus le Canadien dans sa séquence de sept victoires en 10 matchs. Brendan Gallagher et Andrew Shaw y ont également contribué. En plus de créer des étincelles par leur style fougueux, ils ont obtenu leur part de succès en attaque.

Gallagher a clos les 21 premiers matchs au sommet des pointeurs de l’équipe avec une récolte de 13 points (huit buts, cinq passes). Pour sa part, Shaw a connu une heureuse séquence au cours de laquelle il a récolté six points (trois buts, trois passes) en autant de matchs.

Après un départ plus difficile, Max Pacioretty a également mis l’épaule à la roue en récoltant 11 points, dont six buts, en 10 matchs entre le 24 octobre et le 11 novembre.

Il a marqué trois des quatre derniers buts gagnants de l’équipe.