/news/consumer
Navigation

Il n’y a plus une goutte d’essence à Anticosti

La pénurie survient en pleine période de chasse

anticosti essence
Photo courtoisie, gaétan laprise La seule station-service de Port-Menier n’a plus d’essence depuis vendredi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

PORT-MENIER | Depuis vendredi, il n’y a plus une seule goutte d’essence disponible à la seule station-service de la localité de Port-Menier sur l’île d’Anticosti.

Citoyens et entreprises doivent donc se contenter de ce qu’il y a présentement dans leur réservoir. Un bateau a quitté Matane mardi et devrait arriver à Anticosti mercredi midi pour livrer de l’essence.

Seuls les camions de pompiers, les autopatrouilles et les ambulances peuvent compter sur une réserve d’essence pour desservir la localité de 220 citoyens.

La pénurie arrive à un bien mauvais moment alors qu’on est en pleine chasse aux chevreuils, grande activité économique et touristique à Anticosti.

À la pourvoirie Safari, on est impatient de recevoir de l’essence.

La faute à la météo

« J’ai une flotte de 50 camions qui transportent les clients chaque jour. Là, on vide nos fonds de réservoirs. Si on n’a pas d’essence d’ici cette fin de semaine, ça va mal aller », dit le directeur Guy Boudoul.

Sur l’île, les produits pétroliers arrivent par bateau tous les trois mois. La Coop Anticosti est responsable d’entreposer et de distribuer les produits pétroliers à la station-service et aux pourvoiries.

Le gestionnaire du dépôt pétrolier, Jonathan Martel, admet que lors de la dernière commande, il a opté pour du diesel au lieu de l’essence. Il a été surpris par une hausse de la demande cette année.

« Au mois d’août, j’ai passé une commande de diesel pour subvenir aux besoins des activités économiques de l’île. Sachant que ça allait être dur de faire durer l’essence entre juin et décembre, on a fait transporter des barils via le bateau Bella-Desgagnés à partir du mois de septembre », explique-t-il.

Mais depuis deux semaines, le niveau d’essence entrant n’est plus suffisant. Les mauvaises conditions météorologiques seraient la cause du retard des livraisons.

Et au Manque d’organisation

La Coop aurait demandé l’aide du ministère des Ressources naturelles.

« Ils disent que leur devoir premier, c’est d’assurer les besoins essentiels. Si c’est juste la population qui est en manque, ils ne jugent pas que c’est nécessaire d’intervenir », rapporte M. Martel.

M. Martel indique que son organisation a volontairement choisi de ne pas utiliser tout l’espace disponible dans les réservoirs d’essence pour une question financière.

« Si on dépense 300 000 $ pour entreposer de l’essence et que les revenus sont seulement à l’été 2018, on ne peut investir cet argent-là ailleurs. »

Pour le propriétaire de la station-service de Port-Menier, Joël Malouin, cet événement démontre un « manque flagrant d’organisation ».

La station vend habituellement 9000 litres d’essence par semaine. Des employés ont même été contraints de rester à la maison, faute de produits à vendre.

En raison des frais de transport, l’essence se vend à près de 1,75 $ le litre à Anticosti.