/news/currentevents
Navigation

Une chicane sur le ménage à l’origine d’un meurtre?

Le jeune homme est mort après avoir été atteint par balle par son ex-beau-père

Enquêteurs et techniciens ont passé au peigne fin le logement de cet immeuble de la 18e avenue, dimanche, dans Rosemont.
Photo Agence QMI, Mathieu Wagner Enquêteurs et techniciens ont passé au peigne fin le logement de cet immeuble de la 18e avenue, dimanche, dans Rosemont.

Coup d'oeil sur cet article

Une banale chicane pour des tâches ménagères pourrait être ce qui a poussé un homme de 75 ans à ouvrir le feu sur son ancien beau-fils avec son arme de chasse, le blessant mortellement, dimanche, à Montréal.

« Il y avait une mare de sang à terre et il me disait “maman, j’ai mal” », a relaté au Journal Annette Fleury, la mère de la victime, Abdel Hakim Fleury.

Peu avant 14 h, la dame et son fils de 21 ans se sont querellés à propos de certaines tâches qui n’avaient pas été faites, a-t-elle rapporté. L’une d’entre elles était le ménage de l’espace de rangement qu’ils louent dans leur immeuble à logements de la 18e Avenue, près du boulevard Saint-Joseph Est, dans Rosemont.

Le jeune homme n’avait « pas de filtre » et était du genre impulsif, mais il n’aurait jamais été violent physiquement avec elle, a assuré Mme Fleury. Au terme de leur chicane, Abdel Hakim Fleury a quitté la chambre de sa mère en prenant soin de fermer doucement la porte.

Bruit sourd

Peu de temps après, la dame a entendu son fils dire : « Gilles ». Puis, un bruit sourd a retenti dans l’appartement.

« Je suis sortie de ma chambre et j’ai vu Gilles avec sa carabine de chasse dans les mains et mon fils par terre, a-t-elle relaté. Je me suis avancée et j’ai pris la carabine de ses mains. Ensuite, je suis allée au chevet de mon fils, plein de sang, et j’ai appelé le 911. »

Gilles Marion
Photo courtoisie SPVM
Gilles Marion

 

Gilles Marion, le suspect dans cette affaire, est l’ancien conjoint de Mme Fleury. Le duo n’était désormais que des amis, mais l’homme « squattait le salon ».

« T’as tué mon fils ? » lui a demandé son ex-conjointe, sous le choc. Gilles Marion, 75 ans, n’aurait pas répondu et aurait quitté nonchalamment l’appartement.

Blessures mortelles

Quelques minutes plus tard, le septuagénaire a été arrêté sur la 18e Avenue. Pendant ce temps, des ambulanciers ont tenté de sauver Adbel Hakim Fleury. En vain. Son décès a été constaté à l’hôpital.

Le meurtrier présumé a comparu lundi et fait face à une accusation de meurtre prémédité. Il possède déjà un casier judiciaire et s’est reconnu coupable d’agression sexuelle en 2002.

Annette Fleury, qui connaît l’accusé depuis plus de 10 ans, n’arrive pas à comprendre ce qui l’a poussé à agir ainsi. Elle attend impatiemment les résultats de l’autopsie.