/news/politics
Navigation

[AUDIO] Le premier ministre Couillard souhaite discuter avec Gerry Sklavounos

Gerry Sklavounos
Photo d'archives, Simon Clark Gerry Sklavounos

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard veut «clarifier» des choses avec Gerry Sklavounos, cet ex-député libéral exclu du caucus après avoir été visé par des allégations d’agressions sexuelles, avant de statuer sur une possible réintégration au caucus libéral.

Alors que Guy Ouellette vient tout juste de réintégrer les rangs libéraux, le premier ministre a fait savoir sur les ondes du FM93 qu’il aurait des discussions «au cours des prochaines semaines» avec M. Sklavounos. «Je ne peux pas tout dire là, dans le cas de monsieur Sklavounos, il y a d’autres éléments qu’on doit discuter avec lui», a commenté mercredi Philippe Couillard.

Le député de Laurier-Dorion a été exclu du caucus libéral en octobre 2016, après avoir été visé par des allégations d’agression sexuelle sur une étudiante de l’Université Laval, Alice Paquet. En février dernier, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) décidait de ne pas porter d'accusation contre lui. Son exclusion avait été maintenue par le caucus.

«Le rapport du DPCP a dit clairement qu’il n’y avait aucun acte criminel qui avait été commis. On est tous d’accord là-dessus. Mais par contre, il y a d’autres choses qui apparemment circulent. On veut clarifier ça avec monsieur Sklavounos. C’est tout», a poursuivi monsieur Couillard.

Une rencontre, pas une enquête

Outre les allégations concernant Alice Paquet, M. Sklavounos avait aussi été montré du doigt pour son comportement inadéquat à l'égard de membres du personnel politique. Le premier ministre s’est toutefois défendu de mener une enquête sur le député.

«On a des choses à clarifier avec lui, a précisé M. Couillard. Moi je ne fais pas enquête. Je ne suis pas un enquêteur moi là. Personne n’enquête. Il n’y a pas d’enquêteurs chez nous non plus. On va en parler avec monsieur Sklavounos. On va avoir des discussions avec lui.»

Questionné à la sortie du caucus libéral, le premier ministre a refusé de revenir sur ses propos. «C’est les mêmes choses qu’on a déjà dit», a-t-il lancé. La whip du gouvernement, Nicole Ménard, a tout de même confirmé qu’il y «aura d’autres discussions» avec M. Sklavounos et ce, dès qu’elle le pourra, dit-elle. La nature de ces échanges est «confidentielle», a-t-elle mentionné.

«Libéral dans l’âme»

Se disant «libéral dans l’âme», Gerry Sklavounos s’est montré ouvert à prendre part à cette éventuelle rencontre. «Si le premier ministre veut me rencontrer, je vais le rencontrer. Je ne refuserai jamais une rencontre du premier ministre», a-t-il déclaré.

Gerry Sklavounos, qui siège comme député indépendant depuis les événements, dit réfléchir à son avenir politique. «La décision n’est pas prise», a-t-il commenté, précisant qu’il doit en discuter avec sa famille.

Il ne ferme toutefois pas la porte à une prochaine campagne électorale avec les libéraux. «Ça fait 10 ans que je représentais le parti libéral. Dans le comté, je vous dirais que je suis encore identifié pas mal à eux», a-t-il lancé, affirmant avoir «l’appui» de ses citoyens.

L’élu n’a pas voulu revenir sur les allégations à son endroit, affirmant avoir «tourné la page» sur cette «période difficile».