/entertainment/music
Navigation

Guerre de mots entre Gregory Charles et une jeune violoncelliste

La violoncelliste Marie-Pier Simard-Gagnon accuse Gregory Charles de l'avoir évincée de la tournée du spectacle Virtuose, car elle aurait osé trop parler.
Montage photo TVA Nouvelles La violoncelliste Marie-Pier Simard-Gagnon accuse Gregory Charles de l'avoir évincée de la tournée du spectacle Virtuose, car elle aurait osé trop parler.

Coup d'oeil sur cet article

La violoncelliste Marie-Pier Simard-Gagnon accuse Gregory Charles de l'avoir évincée de la tournée du spectacle Virtuose, car elle aurait osé trop parler. De son côté, l'artiste nie en bloc les allégations de la musicienne qu'il menace de poursuivre.

La jeune femme de 18 ans dit avoir été victime de menaces voilées, après avoir posé trop de questions à l'équipe de production sur sa rémunération.

On lui aurait répondu: «Le milieu de la musique, c'est pas un milieu très grand. Tu pourrais te faire couper l'herbe sous le pied. Ça va se savoir que tu as posé des questions et ça va te nuire dans tes développements futurs».

Gregory Charles était estomaqué au téléphone quand TVA Nouvelles l'a mis au courant des allégations de la jeune fille.

«Personne ne lui a dit de se fermer ou de ne pas s'exprimer, affirme-t-il. Parfois, elle réclamait de l'argent et elle avait reçu ses chèques.»

La violoncelliste d'Arvida, qui avait joint l'équipe de Gregory Charles il y a deux ans, affirme ne pas avoir été payée justement pour toutes ses heures de répétitions. Elle prétend avoir été bannie du spectacle présenté à Chicoutimi le 19 novembre en raison des questions qu'elle posait.

«Dans la salle, il n'y a eu aucun commentaire comme quoi j'étais absente, relate-t-elle. C'était comme si je n'avais jamais fait partie du spectacle Virtuose».

Le grand manitou du spectacle affirme qu'il s'agissait d'une décision artistique justifiée, qui n’a rien à voir avec les questions et les critiques que formulait l'artiste depuis deux ans, selon lui.

«Il y a des jeunes qui ont eu plus d'expérience à travailler ensemble, c'était plus prudent, précise Gregory Charles. Ce n'est pas parce que l'on vient nécessairement d'un endroit qu'il y a un droit acquis.»

L’artiste multidisciplinaire nous a fait parvenir les talons de paie et allocations de dépenses de la violoncelliste. En deux ans, madame Simard Gagnon a reçu 6150 $. Elle recevait le cachet minimal de la Guilde des musiciens ainsi qu'une allocation pour ses déplacements.

«Les heures de répétition ont été payées, ajoute Gregory Charles. D'ailleurs, soit dit en passant, il n'y a jamais eu de répétition de 10 heures. Il y a eu des sessions d'enregistrement de 10 heures, mais elles ont été payées.»

En consultant les talons de paie, TVA Nouvelles constate que la jeune femme a effectivement reçu des sommes forfaitaires de 450 $ pour des séances de répétitions et d'enregistrements.

«Les heures de studio sont comptabilisées à la minute près, les kilomètres sont comptabilisés», réitère M. Charles.

La jeune femme a fait une tournée dans les radios régionales du Saguenay Lac-Saint-Jean mercredi matin, mais seule TVA Nouvelles a demandé la version de Gregory Charles. Ce dernier dit maintenant avoir l'intention d'intenter une poursuite en diffamation contre certains médias et son ex-virtuose.