/news/politics
Navigation

Justin Trudeau: des larmes «polarisantes» pour l’opinion publique

Justin Trudeau
Photo d'archives, Guillaume St-Pierre

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Comme il l’a déjà fait plusieurs fois depuis le début de son mandat, le premier ministre canadien a fondu en larmes devant les caméras vendredi.

Si cette sensibilité contraste positivement avec les leaders politiques traditionnels, elle peut être «polarisante» aux yeux de l’opinion publique, selon un expert.

«Chaque politicien qui se laisse aller à ses émotions renforce les sentiments que nous avons déjà envers lui. Si on l’aime, on se dit: ''Mon dieu qu’il est authentique.'' Si on ne l’aime pas, on se dit: ''Mon dieu qu’il en fait trop.'' C’est très polarisant», analyse le professeur au département de communication publique et sociale de l’UQAM, Bernard Motulsky.

En deux ans, Justin Trudeau a pleuré dans toute une panoplie d’événements, de l’attentat de Québec aux Jeux Invictus des anciens combattants, en passant par une visite du camp de concentration d’Auschwitz ou une entrevue avec un réfugié syrien. Le dernier épisode en date? Les excuses du gouvernement canadien aux victimes des pensionnats autochtones de Terre-Neuve-et-Labrador, vendredi matin.

Les moments où Justin Trudeau défraie les manchettes pour ses sanglots sont tout aussi médiatisés et populaires auprès du public que ses coups d’éclat lors de bains de foule. «Jusqu’à maintenant, ça marche, parce qu’on reproche plutôt aux gens d’être insensibles, et non l’inverse. On n’a pas vu souvent Stephen Harper pleurer», remarque M. Motulsky.

Selon le spécialiste en relations publiques, la sensibilité du premier ministre fait partie de ce qui le démarque d’un «bougon à la Donald Trump», par exemple. «Mais si la ficelle est trop utilisée, elle va perdre son effet», nuance-t-il.

L’article publié le 18 octobre dernier par «Le Journal de Montréal» au sujet des pleurs du premier ministre le matin de la mort du chanteur Gord Downie a été consulté par près de 70 000 lecteurs et généré près de 3000 interactions sur Facebook. La nouvelle avait d’ailleurs fait les manchettes partout dans le monde.

Toutefois, ce matin-là au Parlement, les journalistes se sont fait avertir que Justin Trudeau ne parlerait d’aucun autre sujet à son arrivée au caucus. Il y avait pourtant plusieurs questions à poser sur les controverses éthiques de son ministre des Finances. L’opposition avait alors dénoncé à micro fermé des larmes de crocodile qui ne servaient qu’à faire dévier l’attention.

«Ça prend un sacré bon comédien pour pleurer sur commande. Je ne recommanderais à aucun politicien d’essayer d’en faire une stratégie», tranche Bernard Motulsky.

L’expert ne croit d’ailleurs pas que la propension aux larmes de M. Trudeau projette une image de faiblesse à l’international. «Quand le président américain Barack Obama a pleuré après la tuerie de Newtown, ça n’a pas nui à sa stature», rappelle-t-il.