/news/politics
Navigation

Couillard ne veut pas accorder trop d’attention aux manifestants

Couillard ne veut pas accorder trop d’attention aux manifestants
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Philippe Couillard préfère ne pas accorder trop d’attention aux manifestants et contre-manifestants qui se sont donné rendez-vous dans les rues de Québec, aujourd’hui, en marge du congrès libéral.

«Je ne leur donnerai pas plus d’attention qu’ils ne le méritent», a laissé tomber le chef libéral devant la presse parlementaire, à son arrivée au Centre des congrès de Québec, samedi matin.

«Moi, ce que je ne veux pas – et il n’y a personne ici qui le souhaite –, c’est des débordements. Que les gens aient des idées différentes, qu’ils les expriment, mais moi, je vous l’ai dit, je ne suis pas tolérant aux intolérants. Je ne suis surtout pas tolérant aux débordements», a commenté à son tour le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx.

Les manifestations de La Meute et de Storm Alliance d’un côté, celle des antifascistes de l’autre, devraient débuter vers 11 h dans le secteur de la colline Parlementaire.

Les policiers prêts à intervenir

L’escouade antiémeute était déjà sur place vendredi soir, alors qu’une cinquantaine de manifestants s'étaient présentés dans le secteur du parlement.

«Tout le monde a le droit d’exprimer son point de vue. Ce n’est pas là le problème. On verra bien la suite des choses. Si ça se fait dans l’ordre, tant mieux», a réagi samedi matin le ministre des Finances, Carlos Leitao.

«Le problème potentiel, a-t-il continué, c’est que nous savons tous – ne soyons pas naïfs – qu’il se prépare aussi une contre-manifestation. Et donc le problème, potentiellement, ce serait un conflit entre ces deux groupes-là, et ça, ce serait très regrettable.»

La sécurité a aussi été renforcée à l'entrée du 33e congrès des membres du Parti libéral du Québec. Pour accéder aux lieux, les délégués et les représentants des médias doivent d'abord présenter une carte d'identité, faire fouiller leurs sacs par du personnel de sécurité et passer sous les détecteurs de métaux.

La CAQ en a assez, du grabuge

De Sherbrooke, où se déroule le conseil général de la CAQ, le député caquiste Éric Caire a déploré la venue de groupes radicaux dans la capitale nationale pour des manifestations qui pourraient mener à des affrontements.

«Je suis tanné de voir des gens qui n’ont pas de respect pour la population de Québec venir faire du grabuge», dit le député de La Peltrie.

M. Caire rappelle toutefois que le droit de manifester pacifiquement est fondamental en démocratie. «Tout le  monde a le droit de se faire entendre, souligne-t-il, mais je ne comprends pas, je n’accepte pas et je condamne les gens qui vont se servir de la haine et de la violence pour faire la promotion de quelque idée que ce soit.»

Son message, précise-t-il, «s’adresse à tous les radicaux, qu’ils soient de droite ou de gauche».

– Avec la collaboration de Patrick Bellerose, Bureau parlementaire

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.