/finance/business
Navigation

Des milliards investis pour créer des quartiers

Projet de 900 M $ annoncé mercredi à Terrebonne

Coup d'oeil sur cet article

Ils sortent de terre à pleine vitesse, remplis de promesses. Pensés de A à Z, comptant logements, milieux de travail et centres de divertissement, les quartiers de type TOD (Transit-Oriented Development) sont censés représenter l’avenir des grandes villes. Mais ils suscitent aussi leur lot de questions et de critiques.

Il y a eu le DIX30, quartier qui a vu le jour sur d’anciennes terres agricoles à Brossard, comptant des dizaines de commerces, des locaux pour bureaux, un complexe sportif, une clinique médicale, et bien plus, auquel on a reproché de ne compter aucun logement.

Juste en face, il y aura bientôt le TOD Quartier, mégaprojet de Devimco Immobilier, évalué à 1 milliard $, raccordé au futur Réseau électrique métropolitain (REM) et doté de 2000 unités résidentielles pouvant loger environ 5400 personnes. Les zones résidentielles compteront pour 67 % des installations, le reste étant occupé par des bureaux, des hôtels et des commerces.

TOD Quartier, Brossard | Devimco
Photo courtoisie, Devimco
  • Évalué à 1 milliard $, au carrefour nord-ouest des autoroutes 10 et 30, tout près du Quartier DIX30.
  • Trois zones : résidentielle, commerciale et récréotouristique, et des bureaux.
  • Desservi par le futur REM de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).
  • 2000 unités résidentielles : des copropriétés, des unités locatives, possiblement des maisons de ville et des résidences pour personnes âgées, l’ensemble pouvant loger environ 5400 personnes.

​Des projets du genre, il y en a plusieurs en développement plus ou moins avancé dans la grande région de Montréal.

155 TOD ?

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui regroupe l’ensemble des municipalités de la grande région métropolitaine, a même identifié 155 aires qui pourraient être transformées en TOD.

La CMM espère que 40 % des nouveaux ménages d’ici 2031 s’installent dans des quartiers de type TOD localisés aux points d’accès du réseau de transport en commun, et souhaiterait atteindre 60 % « si l’offre en transport en commun est augmentée », comme ce doit être le cas avec le REM.

L’avantage recherché : réduire les déplacements en voiture et favoriser la création de quartiers où tout peut se faire à pied ou à vélo. De véritables petites villes créées de toutes pièces en l’espace de quelques années.

« C’est utopique de penser qu’il y en aura 155 », nuance toutefois Florence Paulhiac, de la Chaire sur les Innovations en stratégies intégrées transport-urbanisme de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Quelques dizaines, ce serait déjà un bon point de départ, selon elle.

Un « centre-ville » à Terrebonne

Le petit dernier de ces projets : celui du promoteur REZ Immobilier, qui rêve de créer un nouveau quartier à Terrebonne, en bordure de l’autoroute 25. Localisé à la croisée des autoroutes 40 et 640, le projet s’intégrera à un secteur en plein boom socio-économique.

Projet de TOD à Terrebonne | REZ Immobilier
Photo courtoisie, REZ Immobilier
  • Évalué à 900 M$.
  • À la croisée des autoroutes 40 et 640.
  • Situé près de la gare Terrebonne du Réseau de transport métropolitain (RTM).
  • Comprendra des logements de différents types destinés à plusieurs générations; des commerces, une école, des locaux pour bureau et des lieux de divertissement.
  • Tous les détails seront dévoilés le mercredi 29 novembre prochain.

École, bureaux, logements destinés autant aux jeunes familles qu’aux aînés, parcs et lieux de divertissements, rien n’a été exclu des plans, explique Herbert Nunes, vice-président, Développement Québec de Réseau Sélection et REZ Immobilier. « Quand on regarde Toronto, Vancouver, Londres ou San Francisco, on voit que ces villes ont pris le pari d’avoir d’autres centres autonomes, en dehors du centre-ville principal. C’est ce qu’on envisage pour Terrebonne, un secteur qui offre tous les avantages de l’urbanité, mais à Terrebonne. On offre le meilleur des deux mondes, de l’enseignement supérieur, une offre culturelle, des emplois. Ça devient autonome. »

Les Avenues Vaudreuil, Vaudreuil-Dorion | Harden
Photo courtoisie
  • Plus de 500 M$.
  • À la jonction des autoroutes 30 et 40.
  • À proximité de secteurs résidentiels, dont un projet immobilier de 2500 unités.
  • Compte une résidence pour personnes âgées, des installations sportives et de santé et des dizaines de commerces et restaurants.
Royalmount, ville de Mont-Royal | Carbonleo
Photo Courtoisie
  • Évalué à 1,7 milliard $.
  • À l’angle sud-ouest des autoroutes 15 et 40.
  • Situé à proximité du réseau de transport en commun.
  • Développement commercial plutôt que résidentiel.
  • Comprendra hôtels, commerces, bureaux, restaurants, cinémas, salle de spectacles et autres lieux de divertissement.

Des critiques

Mais, derrière toutes ces grandes promesses se cachent plusieurs limites.

Puisqu’ils sont conçus de toutes pièces par les promoteurs, les TOD sont souvent accusés de mener à l’embourgeoisement de certains secteurs dotés d’excellents accès au transport en commun, alors que les clientèles plus défavorisées bénéficieraient davantage de cette proximité, explique Florence Paulhiac. « Il y a des risques aux projets de TOD. Parmi eux: à quel type de population on s’adresse ? Quel logement on offre et à quel prix ? La question de la diversité est vraiment importante. »

« C’est pas parce qu’on fait un projet dense et près d’une gare que c’est un bon TOD. »

En quelques chiffres

  • 155 Aires identifiées pour la réalisation de quartiers TOD autour des stations du réseau de transport en commun 
  • 40% cible de nouveaux ménages d’ici 2031 situés dans des TOD
  • 900 M$ Valeurs des investissements prévus au projet de REZ immobilier à Terrebonne

► Le projet bientôt divulgué à Terrebonne sera l’œuvre de l’homme d’affaires Réal Bouclin.