/entertainment/tv
Navigation

Olivier, la recrue de l’automne

La minisérie fait partie des nouveautés s’étant le plus illustrées

Coup d'oeil sur cet article

Au terme d’une saison télé difficile, les nouveautés des grands réseaux s’étant le plus illustrées depuis septembre sont Olivier, Lâchés lousses, Huissiers et L’indice Mc$ween.

Olivier se mérite le titre de recrue de l’automne à Radio-Canada. Inspirée du roman de Josélito Michaud, la minisérie de 8 épisodes écrite par Serge Boucher (Feux) s’est conclue avec une moyenne de 949 100 téléspectateurs, selon les données confirmées de Numéris. Ce résultat est supérieur aux 817 000 promis aux annonceurs en début de saison, indique la directrice de Cossette Média, Francine Marcotte. Mieux encore, Olivier a gagné des adeptes en cours de route, fait rare cet automne.

Sans fracasser de record, Trop (715 000) et Ici on chante avec Véronic DiCaire (636 000) se sont quand même bien tirés d’affaire en atteignant respectivement 79 % et 92 % des objectifs fixés auprès du groupe cible des annonceurs, les 25-54 ans.

Messmer fascine toujours

À TVA, Lâchés lousses a répondu aux attentes. Le rendez-vous piloté par Charles Lafortune et Messmer ralliait 929 000 curieux chaque mardi, soit 9 % au-dessus des 852 000 prévus initialement. Bémol : plus les semaines passaient, plus ses cotes d’écoute baissaient, passant de 1 086 000 au début septembre à 814 000 au milieu du mois de novembre.

Les deux autres grandes recrues de TVA, La vraie nature (1 053 000) et Conversation secrète (974 000) ont également tiré leur épingle du jeu, mais auprès des importants 24-54 ans, les deux émissions ont recueilli des auditoires qui affichaient respectivement des reculs de 32 % et 45 % par rapport aux estimations.

À Télé-Québec, L’indice Mc$ween a surpassé toutes les attentes en obtenant une moyenne de 282 000 téléspectateurs, tandis qu’à V, Huissiers peut être qualifié de succès surprise avec 306 000 fidèles.

Déceptions

Au chapitre des déceptions, on peut difficilement passer à côté de Faits divers. Malgré une intrigue bien ficelée de Joanne Arseneau, une réalisation inspirée de Stéphane Lapointe et plusieurs performances d’acteur mémorables, ce Fargo québécois n’a charmé que 660 000 amateurs, loin des 989 000 estimés en septembre.

Les résultats du drame policier reflètent bien ceux des chaînes généralistes à heure de pointe cette saison. Au cours des sept premières semaines, l’écoute auprès des 25-54 ans avait chuté de 11 % à Radio-Canada, 21 % à TVA et 30 % à V.