/opinion/columnists
Navigation

Les manipulateurs de l’histoire sont parmi nous

Pol-Premier-Conseil-Municipal
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Contrairement à ce qu’affirme la nouvelle mairesse Valérie Plante, Montréal n’est pas un territoire mohawk non cédé.

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, Valérie Plante a décidé de soumettre sa ville à un rituel pénitentiel. Elle commence les réunions du conseil de ville en disant de Montréal qu’il s’agit d’un territoire mohawk non cédé.

Denis Coderre n’était pas étranger à cette pratique, mais on sentait chez lui que cela relevait de l’opportunisme politique le plus grossier. Chez Valérie Plante, on devine le zèle idéologique dont a l’habitude une certaine gauche qui n’a de cesse de faire le procès du monde occidental.

Montréal

C’est ce que le philosophe français Pascal Bruckner avait appelé au début des années 1980 « le sanglot de l’homme blanc », qui ne cesse de se flageller publiquement à cause de son passé. Il témoigne aussi ainsi de sa supériorité sur ses ancêtres, qu’il présente comme des ploucs malfaisants.

Le problème, avec la déclaration de Valérie Plante, c’est qu’elle est historiquement fausse, comme en conviennent les historiens. Les esprits subtils diront qu’elle est problématique. Les esprits exaspérés la diront franchement mensongère.

Mais pourtant, les politiciens montréalais continuent de répéter ce bobard historique, comme s’ils n’avaient aucun scrupule à manipuler le passé, à déformer les faits, pour peu que cela corresponde à leur programme idéologique.

C’est ce qu’ont fait des régimes non démocratiques au vingtième siècle pour qui la vérité comptait moins que l’idéologie.

Tous conviennent qu’il faut aujourd’hui accorder une plus grande attention aux besoins des populations amérindiennes. Mais il n’est nul besoin de trafiquer la vérité historique pour cela.

À moins que la déclaration de Valérie Plante ne repose sur la conviction suivante : fondamentalement, les nations d’ascendance européenne que sont le Québec, le Canada et les États-Unis n’ont pas leur place en Amérique.

Veut-elle nous dire, en répétant cette ânerie, que les Européens, en Amérique, n’ont été finalement que des envahisseurs et qu’ils ne devraient pas être ici ?

Ne se rend-elle pas coupable alors d’un anachronisme gênant ? Il y a des limites à réécrire l’histoire à partir des obsessions idéologiques du présent.

Mais la manipulation historique ne s’arrête pas là. On le sait, le gouvernement Couillard mène une consultation sur le racisme systémique, même s’il a cherché à la camoufler sous un autre nom.

Esclavage

On oublie souvent que les promoteurs de cette cause ont tendance à présenter l’esclavage comme un phénomène majeur dans l’histoire du Québec, qui aurait conditionné négativement notre société depuis ses origines à l’endroit de la diversité.

Mais on oublie de dire que l’esclavage a été marginal et qu’il n’a aucunement structuré notre société comme cela a été le cas dans le sud des États-Unis.

Mais encore une fois, cette histoire réécrite par des idéologues incultes et militants vise à culpabiliser les Québécois.

Cette entreprise de culpabilisation va bon train médiatiquement et personne n’ose s’y opposer vraiment.

Montréal n’est pas un territoire mohawk non cédé. Et la Nouvelle-France n’a pas été une aventure criminelle. Il serait temps de le rappeler à ceux qui nous gouvernent.