/entertainment
Navigation

[AUDIO] Stéphane Gendron menacé à la pointe d'un couteau en voyage aux États-Unis

Stéphane Gendron
Photo courtoisie Stéphane Gendron

Coup d'oeil sur cet article

L’animateur de radio Stéphane Gendron et sa femme ont vécu un épisode plutôt traumatisant alors qu’ils étaient en voyage en Californie.

Un homme armé d’un couteau s’en est pris à eux, mais heureusement, ils ont réussi à se réfugier dans leur voiture.

Voici ce qu’il a raconté sur les ondes d’Énergie 98,9, vendredi midi.

«On s’en va vers Slab City, qui est la dernière commune hippie... on a bien vu ça, sans toit ni loi. Ce n’était pas la première fois que j’y allais alors je croyais que c’était bien convivial. [...] On se trouve une allée qui a l’air correcte, pas trop de vidanges. On recule le char là, mais je me mets vraiment, tu sais, la position du char que t’es obligé de te revirer de bord pour t’en aller s’il arrive de quoi, mais moi, l’épais, je n’ai pas pensé à ça. Je parque le char. Je sors la couverture... un petit pique-nique.»

«Là, un moment donné, on entend du monde gueuler dans un genre de baraque improvisée. Il y avait du monde. Là, je dis à Nathalie que c’est le fun qu’il y ait du monde... [au cas où] il arrive de quoi. Mais là, le gars il hurlait. Le pire, c’est qu’on a enregistré ça, j’avais sorti mon téléphone. [...] Tout d’un coup, mauvais feeling, je texte à ma fille qu’on est à Slab City. On se lève deux fois pis on se dit: "on s’en va-tu." Tu sais, mauvais feeling. Alors là, je rentre dans le char et puis là, l’épais, l’épais qui vous parle, part le char! Le gars a entendu, dans maison. Il y avait une gang de drogués sur le sel de bain. Ils ont entendu qu’il y avait un char.»

«Le gars est parti à courir après ma blonde! Il est sorti de sa baraque puis il hurlait: "je vais vous tuer! Je vais vous tuer! Tu m’as volé!" Là, je dis à Nathalie: "bien voyons donc!" Tu sais quand t’as genre une seconde et demie pour savoir ce qu’il se passe. Là, elle est rentrée dans l’auto. C’était comme Night of the Living Dead, le film d’horreur. On était dans le char comme dans le film. Le gars frappe [sur la voiture]... "I’m gonna kill you! I’m gonna kill you!" Le gars avait dans la fin vingtaine. C’était le portrait de Charles Manson et je n’exagère même pas. [...] Il se mettait devant moi pour ne pas que je lui roule dessus. Il sort de quoi de sa poche. Là je me dis: "non ce n’est pas vrai. Je ne suis pas venu ici pour crever. Je ne suis pas venu au bout de la planète pour mourir entre deux sacs à vidanges dans un trou perdu." Je pensais qu’il sortait un gun. [...] C’était un couteau de 30 centimètres. J’essayais de lui parler. Il monte sur le haut du char. J’ouvre la fenêtre et je lui dis: "Viens! Je veux te parler! Tu veux de l’argent, je te donne tout! On va aller voir la police ensemble." J’essayais de l’amener sur le côté du char pour partir par en avant. Bien non! Il est remonté sur le hood! Il s’est agrippé sur le windshield et il vargeait avec son couteau. Il y a des traces de couteau dans le windshield. [Je me demandais] si la vitre allait résister. Tout ça a duré cinq secondes.»

«Je me suis mis à rouler tranquillement, mais je me disais que je ne pouvais pas le tuer. Je ne suis pas venu ici pour tuer un être humain. [...] Il n’y a même pas de patrouille de shérif là, il y a rien. T’es au bout des frontières du Mexique, il n’y a rien dans ce no man's land. Après il s’est mis après les essuie-glaces, je me suis dit que c’était notre chance. J’ai donné un coup de roue vers la gauche, il est tombé sur le côté. Je ne lui ai pas roulé dessus. J’ai fait attention. Il nous courait après! Quand je l’ai vu courir avec son couteau en arrière du char, J’ai clanché en "tabernick". Il était sur la drogue chimique là...»

«J'ai failli tuer ma blonde! Une fraction de seconde et il la tuait!»

Pour écouter la discussion qui en a découlé: