/news/currentevents
Navigation

Le tueur allégué venait de purger une peine de neuf ans

L’homme de 35 ans qui aurait tué sa mère et sa grand-mère dimanche souffrait de bipolarité

Des ambulanciers ont tenté des manœuvres de réanimation sur une des deux victimes poignardées dans un logement de l’est de la ville, dimanche matin.
Photo Agence QMI, Pascal Girard Des ambulanciers ont tenté des manœuvres de réanimation sur une des deux victimes poignardées dans un logement de l’est de la ville, dimanche matin.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme qui aurait tué sa mère et sa grand-mère en pleine nuit dimanche dans un appartement de l’est de Montréal était sorti de prison depuis quelques mois à peine.

Selon nos informations, Christian Pépin avait passé neuf ans au pénitencier et vivait depuis seulement quelques semaines chez sa mère, Diane Champagne. Il avait été trouvé coupable de deux vols qualifiés à Longueuil et à Montréal en 2008.

Les deux femmes ont été retrouvées poignardées au haut du corps vers 3 h 15 dans la nuit de samedi à dimanche.

Le décès de la mère du suspect a été constaté sur place, tandis que sa grand-mère a succombé à ses blessures quelques heures plus tard à l’hôpital.

Plusieurs voisins ont rapporté avoir croisé l’homme de 35 ans à de nombreuses reprises depuis les derniers mois dans la coopérative d’habitation Hermandad de l’avenue Souligny, où le double meurtre a été commis.

« Il arrivait tôt le matin et il faisait des petits travaux chez elle, nous a confié une voisine vivant dans le même immeuble qui a préféré ne pas être nommée. Il était toujours super tranquille, il n’a jamais été problématique. »

La nouvelle a surpris certains membres du voisinage. L’homme souffrait d’un trouble bipolaire, mais se portait bien et participait activement aux activités de la coopérative.

Halloween

Il aurait notamment aidé lors de la fête de l’Halloween de l’endroit, à laquelle plusieurs enfants ont participé.

C’est pour aider sa mère qui souffrait d’un cancer du poumon toujours en traitement que Christian Pépin aurait déménagé sur place. Sa grand-mère aussi était malade et souffrait d’Alzheimer. Elle ne résidait pas au même endroit.

Le Journal a appris que le meurtrier allégué aurait lui-même appelé les secours après avoir attaqué les deux femmes.

Scène de crime

Des enquêteurs et des techniciens en identité judiciaire se sont rendus sur les lieux pour éclaircir les circonstances du drame.

« On veut vraiment que le travail soit fait au complet et avoir rassemblé l’ensemble de la preuve avant de rencontrer le suspect, explique le porte-parole du SPVM, Benoit Boisselle. Le suspect sera rencontré par les membres des crimes majeurs dans les prochaines heures. »

La date de comparution du meurtrier présumé n’est pas connue. Celle-ci sera fixée seulement après l’interrogatoire du suspect.


Il s’agit des 22e et 23e meurtres à survenir sur le territoire du SPVM cette année.