/news/currentevents
Navigation

Les syndiqués du centre d’appel 911 d’Urgences-santé pour Montréal et Laval prévoient tenir des journées de grève

Urgence Santé
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les employés du centre d’appel 911 d’Urgences-santé de Montréal et Laval se sont donnés une banque de 10 journées de grève à utiliser au moment opportun afin de faire avancer les négociations en vue du renouvellement de leur convention collective.

Les syndiqués CSN ont appuyé l’adoption de ce moyen de pression dans une proportion de 81,8 % lors d’assemblées générales tenues jeudi et vendredi derniers.

Ces employés sont des répartitrices et répartiteurs médicaux d'urgence et du personnel de bureau, au nombre de 210.

Ils sont sans convention collective depuis le 31 mars 2015.

Lundi, le Syndicat des employé-es d’Urgences-santé (SEUS-CSN) a indiqué que la grève sera bientôt déclenchée «à moins d'un déblocage majeur à la table de négociation».

«Ça fait maintenant 33 mois que nous sommes sans contrat de travail et, malgré 27 séances de négociations, nous en sommes toujours à négocier des clauses dites non pécuniaires, a affirmé Martin Joly, président du syndicat. C'est sans compter que l'employeur nous demande d'importants reculs à plusieurs niveaux. Il faut que ça change!»

Les négociations ne sont pas interrompues, a mentionné le syndicat lundi, mais a souligné qu’elles achoppent «notamment sur la parité de certaines conditions de travail, tant pécuniaires que non pécuniaires, avec les salarié-es du secteur public parmi lesquelles figurent les salaires, les primes diverses, l'assurance collective, les temps de pause, les modalités de prise des divers congés, la protection contre la sous-traitance, les mécanismes de protection des emplois du personnel de bureau».

Le syndicat soutient que les demandes de l’employeur entraîneraient notamment une baisse du niveau de rémunération des employés de 3,43 %, soit plus de 1600 $ par année.

Outre ses 10 journées de grève en banque, le syndicat compte tenir plusieurs «actions de visibilité» au cours des prochaines semaines.