/news/society
Navigation

La rue Sherbrooke Est à l'ère de l'automobile

1968

Avant Après
Photo courtoisie des Archives de la Ville de Montréal Rue Sherbrooke E. à l’intersection du boulevard L’Assomption. 25 mars 1968, VM94-Ad040-026
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

En voiture sur la rue Sherbrooke E.

Passant l’intersection du boulevard de l’Assomption, cette Plymouth GTX rouge roule à vive allure sur la rue Sherbrooke E., où l’automobile est reine. Du côté sud, la présence du Sheraton Fontainebleau Motor Motel et du restaurant Sambo, au vaste stationnement, reflète bien ce nouveau rapport à l’automobile. Très peu développée jusqu’à la fin des années 1940, la rue Sherbrooke E. change radicalement en l’espace de vingt ans. Les projets domiciliaires environnants accueillent d’anciens résidents d’Hochelaga et des quartiers centraux, séduits par les attraits de la vie de banlieue à une distance raisonnable du centre-ville. Sur les terrains vagues en bordure de la rue Sherbrooke E. s’élèvent bientôt les centres commerciaux de la Place Versailles, du Domaine et de Maisonneuve, une foule de commerces, restaurants, motels, tous accessibles en automobile. Mais l’essor de la rue Sherbrooke E. a des conséquences. Le long des rues Hochelaga, Ontario et Notre-Dame, plusieurs petits commerces de proximité ferment leurs portes, ne pouvant pas concurrencer les nouvelles grandes surfaces, comme Steinberg’s ou Miracle Mart.

Au Sambo, 5666, rue Sherbrooke E.

Photo courtoisie des Archives de la Ville de Montréal, Le restaurant Sambo, 5666 Sherbrooke E., 25 mars 1968, VM94-Ad040-215

Que vous soyez acteurs, politiciens, touristes, résidents de Montréal-Nord ou du Plateau, c’est la fête lorsqu’on sort au Sambo ! Situé à l’angle de Sherbrooke E. et Dickson, le Sambo ouvre ses portes en 1963 avec un décor digne des mille et une nuits. L’ambiance exotique du restaurant, avec son bassin d’eau muni d’une passerelle, ses plantes exubérantes, ses arcades décorées d’arabesques et son lion empaillé, laisse un souvenir mémorable. Des plats à la française, à l’orientale et à l’américaine sont à l’honneur. Nombre de mariages, de remises des Prix Orange et Citron ou de Miss Cinéma, des défilés de mode, des lancements de disques ou de biographies, de dîners-causeries et de rencontres politiques se sont déroulés dans ces lieux. Rendez-vous des comédiens, Gilles Latulippe y répète les textes de l’émission Symphorien avec le scénariste Marcel Gamache. La popularité du restaurant et de sa discothèque déclinant, c’est au début des années 1980 que les minarets du Sambo disparaissent, en même temps que toute une époque.

Bienvenue à la Place Versailles !

Photo courtoisie des Archives de la Ville de Montréal, Place Versailles, 25 mars 1968, VM94-Ad40-253

« Visit our shopping mall ». Avec un côté en anglais et l’autre en français, ce panneau nous ramène à une époque où l’affichage commercial bilingue est toujours toléré au Québec. En arrière-plan de ce stationnement de deux mille cinq cents places, l’enseigne du supermarché Steinberg’s est visible. Le 7 novembre 1963, la Place Versailles ouvre ses portes à l’angle de la rue Sherbrooke et de la montée Saint-Léonard (l’autoroute 25). La vedette de l’heure, Michel Louvain, offre une prestation de ses plus grands succès pour l’occasion. Avec son slogan : « Place Versailles, où il fait toujours beau pour magasiner », les citadins sont invités à faire leurs emplettes dans cette deuxième galerie marchande dotée d’une promenade intérieure dans l’est de Montréal. Cet ambitieux projet de dix millions de dollars regroupe une trentaine de magasins et deux salles de cinéma sous le même toit. Depuis, nombre d’adolescents, familles et personnes retraitées ont passé des heures dans ce lieu de commerce et de socialisation des temps modernes. 

En collaboration avec William Gaudry, candidat au doctorat (histoire) à l’Université du Québec à Montréal

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.