/sports
Navigation

Des cheerleaders montréalaises aux Jeux olympiques de Pyeongchang

Des cheerleaders montréalaises aux Jeux olympiques de Pyeongchang
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Jamais ces jeunes filles n’auraient pensé que leur passion pour le cheerleading allait les mener un jour jusqu’aux Jeux olympiques.

L’équipe Karma, qui fait partie de l’association Flyers All-Starz Montréal, a été choisie pour représenter le Canada, en février 2018, aux activités entourant les Jeux de Pyeongchang, en Corée du Sud.

« En passant près de deux semaines là-bas avec notre équipe, c’est certain qu’on va vivre des moments qu’on va se rappeler pendant toute notre vie », a indiqué l’entraîneuse Vanessa Jacob-Monet, également présidente et fondatrice du club de cheerleading situé dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro.

Accompagnées de Jacob-Monet et de Charles Lanoue, aussi propriétaire et entraîneur, les 24 filles de l’équipe seront ainsi logées et nourries. Le long voyage en avion est également payé pour celles qui devront toutefois mettre leur vie au Québec sur pause pendant ces deux semaines. Plus de détails restent à venir, mais on prévoit notamment participer à une démonstration, puis à une compétition amicale.

L’Association coréenne de cheerleading est à la tête de l’initiative « Global Cheerleading Supporters », qui vise à donner de la visibilité à la discipline dans le cadre des Jeux olympiques. Il faut par ailleurs rappeler que l’Union internationale de cheerleading avait obtenu, en 2016, une reconnaissance provisoire du Comité international olympique, obtenant du coup un financement de 25 000 $ par année.

« C’est vraiment gros, a réagi Jacob-Monet. Nous y serons pour ce qui sera la première apparition du cheerleading aux Jeux olympiques. »

Objectif : reconnaissance complète

Dans les faits, le cheerleading ne fait pas encore partie du programme olympique. Pour s’y retrouver, on exige une « reconnaissance complète ».

Chose certaine, les Jeux olympiques de Pyeongchang représentent un pas dans la bonne direction pour que le cheerleading soit un jour accepté comme un sport olympique.

« Pour être reconnu comme un sport à part entière, disons que les Jeux olympiques représentent une bonne étape, a indiqué Jacob-Monet. On gagnerait du respect. »

Depuis des années, la femme de 31 ans poursuit la bataille pour faire tomber les préjugés associés à sa discipline.

« Le fait que ce soit plus associé au côté danse qu’au côté compétitif, ça me dérange », a résumé celle qui a pratiqué le cheerleading dès l’âge de 8 ans avant d’arrêter la compétition pour lancer son club en 2005.

De nombreux podiums

Le choix de l’association Flyers All-Starz Montréal pour représenter le Canada à Pyeongchang allait de soi, considérant les nombreux prix accumulés au fil des ans.

Le club compte neuf podiums dans le cadre des Championnats du monde de cheerleading qui ont lieu annuellement à Orlando, en Floride. Les Flyers All-Starz ont même triomphé trois fois, incluant une victoire « au niveau 5 All Girls » en 2017.

L’équipe de catégorie « International Open niveau 6 », deuxième aux récents Mondiaux derrière une formation américaine, est celle qui ira en Corée du Sud.

« Chaque jour, je me sens privilégiée de vivre de ma passion pour le cheerleading, mais ça vient aussi avec beaucoup de sacrifices, a noté Jacob-Monet. Mais quand il y a des grosses choses qui arrivent ou quand on gagne des compétitions, c’est valorisant. Ça vient rappeler que ça vaut la peine de travailler autant. »

Un premier voyage en Asie

En s’envolant pour la Corée du Sud, Vanessa Jacob-Monet en sera personnellement à une première visite en Asie. Le cheerleading l’avait déjà menée aux États-Unis, au Mexique, au Chili et en France.

D’aller aux Jeux olympiques de Pyeongchang, c’est maintenant un peu fou. D’autant plus que l’entraîneuse vivra l’expérience avec des personnes qui carburent à la même passion qu’elle : le cheerleading.