/news/politics
Navigation

La Davie aurait été écartée illégalement

Un éminent juriste écorche le gouvernement fédéral

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le fédéral a illégalement écarté le chantier maritime Davie de sa stratégie de construction navale, estime un éminent juriste, qui demande à Justin Trudeau de réparer cette injustice de toute urgence.

« Le premier ministre canadien a tout dans les mains pour faire disparaître cette apparence d’injustice », plaide de son bureau de Québec Me André Joli-Cœur.

L’avocat de renom a présenté lundi une opinion juridique au nom de la Fondation Chefs d’entreprises, un organisme qui représente des fournisseurs de la Davie.

Dans son avis, Me Joli-Cœur écorche à vif la Stratégie nationale de construction navale d’Ottawa.

« Compensation »

L’avocat croit que l’appel d’offres au bout duquel la Davie a été écartée en 2011 a violé la Loi sur la concurrence et la Constitution canadienne.

Il en appelle donc « au sens de l’indépendance » du gouvernement canadien afin que « justice » soit faite « aux travailleurs de la Davie ». Rappelons que quelque 400 employés ont été licenciés dans les dernières semaines, faute de travail.

Le gouvernement fédéral actuel doit selon lui leur offrir de toute « urgence » une « compensation réparatrice ».

Cette compensation doit prendre la forme d’un nouveau bateau ravitailleur pour la Marine royale canadienne, selon le juriste émérite.

Mais Ottawa répète depuis des semaines ne pas en avoir besoin, même si des rapports parlementaires disent le contraire.

Indépendance

À l’heure actuelle, la Marine canadienne dépend de pays comme le Chili pour ravitailler ses navires au large du Canada.

« Justin Trudeau doit moderniser la Marine et la rendre véritablement indépendante », croit M. Joli-Cœur.

Pour l’instant, la Davie ne privilégie pas la voie judiciaire, selon le porte-parole Frédéric Boisvert. « On veut des contrats du fédéral », résume-t-il. Ottawa n’a pas souhaité offrir de commentaire lundi.